Si vous êtes enceinte, réfléchissez bien avant de partir en voyage, en particulier pour des destinations lointaines ou aventureuses. Votre séjour peut se révéler dangereux pour vous ou pour le futur bébé. De nombreuses précautions s'imposent pour limiter ces risques et il est important de bien les connaître.

Si vous avez un doute avant de partir ou pendant votre séjour, n'hésitez pas à faire un test de grossesse. Cela peut changer considérablement la préparation et les conditions de votre voyage.

À quel moment partir ?

Si vous envisagez un voyage pendant votre grossesse, consultez au préalable votre gynécologue ou votre obstétricien. Il évaluera les risques encourus et vous indiquera les précautions à respecter pendant votre séjour.
Le deuxième trimestre de la grossesse est la moins mauvaise période pour partir en voyage. Les nausées sont moins fréquentes et le risque de fausse-couche moins important que pendant le premier trimestre. Au troisième trimestre, la date d'accouchement est trop proche.

Choisir sa destination

Les pays tropicaux, les pays à forte transmission du paludisme, les pays où l'hygiène est précaire ainsi que les pays où les structures médicales sont insuffisantes, sont déconseillés aux femmes enceintes, surtout en début ou en fin de grossesse. Celles-ci sont en effet plus sensibles aux infections dont les conséquences peuvent être graves. De plus, bon nombre de traitements, notamment contre les maladies parasitaires, sont contre-indiqués en cas de grossesse.
Mieux vaut également éviter la haute altitude où le foetus pourrait manquer d'oxygène, surtout au cours du premier trimestre.

Les vaccins de la voyageuse

Chez la femme enceinte, les vaccinations nécessaires au voyage doivent être sérieusement discutées avec le médecin. Les vaccins inactivés sont en principe sans danger pour le foetus, mais en raison du manque de données cliniques, le médecin devra évaluer le rapport entre le bénéfice escompté et le risque encouru avant de décider d'une vaccination. Seuls les vaccins contre le tétanos et la poliomyélite sont autorisés sans restriction chez les femmes enceintes.

D'une manière générale, les vaccins utilisant des bactéries ou des virus vivants atténués (fièvre jaune, BCG, varicelle, rougeole, oreillons, rubéole) sont contre-indiqués chez les femmes enceintes. Néanmoins, en raison de la gravité de la maladie, une exception peut être faite pour le vaccin contre la fièvre jaune si vous ne pouvez pas différer un voyage dans un pays où existe un risque significatif de contracter cette maladie.

La prévention du paludisme

Les femmes enceintes doivent, si possible, éviter tout séjour dans une zone à forte transmission de la maladie, en particulier dans les pays où Plasmodium est résistant aux traitements antipaludiques. En effet, le paludisme peut entraîner des complications graves.

Néanmoins, si nécessaire, le médecin pourra prescrire une chimioprophylaxie adaptée à la grossesse. La chloroquine (Nivaquine), le proguanil (Paludrine) et leur association (Savarine) peuvent être administrés sans risque aux femmes enceintes. La méfloquine (Lariam) peut également être utilisée. L'association atovaquone et proguanil (Malarone) n'a pas démontré d'effet toxique sur le foetus mais en l'absence d'un recul suffisant, il n'est utilisé chez les femmes enceintes qu'en l'absence d'alternative. La doxycycline (Doxypalu, Granudoxy) est contre-indiquée car elle expose l'enfant à naître à un risque de coloration jaune des dents.

Les mesures de protection contre les piqûres de moustiques doivent être impérativement respectées. Attention, de nombreux répulsifs, comme le DEET, sont déconseillés aux femmes enceintes : les produits à base d'IR 3535 sont préférables. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien et lisez attentivement les précautions d'emploi des produits destinés à lutter contre les insectes.

Sur place, en cas de fièvre, consultez immédiatement un médecin qui, le cas échéant, pourra vous prescrire un traitement adapté à votre grossesse.

Les modes de transport

Les longs voyages aériens sont déconseillés en fin de grossesse et la plupart des compagnies aériennes refusent les femmes dans le dernier mois de leur grossesse. Un certificat médical précisant le terme de votre grossesse pouvant être exigé à l'embarquement, demandez-en un à votre médecin avant de partir. Les femmes enceintes bénéficient en général d'un embarquement prioritaire. Demandez une place côté couloir pour vous faciliter l'accès aux toilettes.

Pendant la grossesse, les risques de thrombose veineuse sont accrus. Il est donc nécessaire de suivre les mesures préventives appropriées, surtout pendant les longs trajets en avion ou en train: bouger de temps en temps (changer de position, faire des mouvements de chevilles, se lever, marcher dans le couloir), porter des vêtements amples et des bas de contention, boire de l'eau abondamment et régulièrement, éviter les excitants diurétiques (thé, café, alcool).

Ménagez vos efforts (faites-vous aider pour vos bagages, utilisez les chariots) et reposez-vous avant même de partir pour compenser la fatigue du trajet et le décalage horaire.

Si vous voyagez en voiture, pensez à faire des pauses toutes les heures. Si vous conduisez, limitez-vous à un trajet de cinq ou six heures avec des arrêts fréquents. N'oubliez pas d'attacher votre ceinture de sécurité, elle vous protégera, vous et votre bébé, en cas d'accident.

Bon à savoir avant de partir :

- Prévoyez un séjour vous permettant de vous accorder des périodes de repos tout au long de la journée.
- Vous devrez vous dispenser de toute activité exposant à un risque de chute ou de traumatisme.
- Il vous faudra éviter les trajets trop longs, la station debout prolongée ou le port de charges lourdes.
- Vous penserez à emporter des en-cas dans vos déplacements.
- Vous devrez vous protéger du soleil et de la chaleur en appliquant une protection solaire supérieure à 30 sur votre visage et en portant un chapeau pour éviter le masque de grossesse (coloration brune de la peau du visage). Il faudra vous exposer le moins possible et boire très régulièrement et abondamment.
- Vous devrez respecter strictement les règles d'hygiène corporelle et alimentaire. La diarrhée du voyageur, lorsqu'elle est sévère, peut avoir de graves conséquences pour la mère et le foetus : déshydratation, baisse du débit sanguin du placenta, déséquilibre en sels minéraux, etc. Attention, le risque d'infection urinaire est plus élevé dans les pays chauds.
- Il vous faudra bannir les produits à base d'iode pour purifier l'eau car ils peuvent avoir un effet nocif sur la thyroïde du foetus.
- Vous éviterez de prendre des bains trop froids (à cause du risque de contractions) ou trop chauds (cela peut gêner la circulation veineuse).
- Prévoyez de manger beaucoup d'aliments riches en fibres - comme les fruits et les légumes - pour limiter le risque de constipation, surtout si votre médecin vous a prescrit un médicament contenant du fer.
- Il ne faudra absorber aucun médicament sur place sans avis médical - exceptés ceux qui vous ont été prescrits avant de partir. L'automédication est fortement déconseillée chez la femme enceinte : seul le paracétamol peut être pris sans crainte pour soulager une douleur, par exemple.

Ce que vous devez emporter

- Des vêtements amples et confortables.
- Une protection solaire élevée et un chapeau si vous partez dans une région ensoleillée.
- Une trousse à pharmacie comprenant les médicaments prescrits par votre médecin et compatibles avec votre grossesse. Demandez-lui de vous conseiller sur le traitement à prendre en cas de mal des transports, de diarrhée des voyageurs ou autres maux courants du voyage.
- Les ordonnances de vos médicaments et un certificat médical précisant le stade de votre grossesse. Demandez à votre médecin de rédiger ces papiers en double, en anglais et en français.
- Éventuellement, une copie de votre dossier médical.
- Les coordonnées de l'assurance rapatriement sanitaire que vous aurez pris soin de contracter avant de partir. Vérifiez bien que la grossesse n'est pas une clause d'exclusion.
- Au besoin, votre carte européenne d'Assurance maladie.
- Si vous vous rendez dans un pays où il est difficile de trouver des produits laitiers pasteurisés, pensez à prendre du lait en poudre avec vous (ou demandez à votre médecin de vous prescrire un médicament contenant du calcium). Respectez bien les règles d'hygiène de l'eau de boisson si vous le diluez. Vous pouvez également le mélanger tel quel à vos aliments.

Lire la suite