Parents, grands-parents, gardes d’enfants… Restons tous vigilants. Les brûlures, coupures, ingestions de corps étrangers ou écrasements se sont multipliés dans les foyers : l’année 2020 et les confinements successifs ont vu augmenter le nombre d’accidents domestiques chez les enfants de près de 20 % [1].

Les risques comme les gestes de prévention pour minimiser ces accidents évoluent aussi à mesure que les enfants grandissent. Il est donc toujours utile de réenvisager périodiquement les bonnes pratiques de la sécurité, à la maison. Petit tour d’horizon…

Pour les plus jeunes

À travers la famille Kaskou, l’association AXA Prévention s’engage pour sensibiliser petits et grands aux risques domestiques et de la vie courante (AcVC)

 

À partir de 3 ans, un enfant peut comprendre et intégrer des règles de sécurité simples, surtout si elles lui sont présentées de manière adaptée.  

 

C’est dans cette optique que nous avons élaboré, en partenariat avec les éditions Michel Lafon, une collection de livres pour sensibiliser les enfants de façon ludique et pédagogique aux potentiels risques de la vie courante. Trois ouvrages sont proposés, par tranches d’âge :

 Jules et Julien font les 400 coups, pour les 3-5 ans.

 Zoé ne mesure pas le danger, pour les 6-8 ans.

 Théo et ses amis prennent des risques, pour les 9-11 ans.

Préados et adolescents : la prudence reste de rigueur…

Lorsque les enfants grandissent, les parents voient certains dangers s’éloigner. Pourtant, pendant le premier confinement du printemps 2020, le nombre de cas sévères d’accidents domestiques (brûlures, chutes, etc.) a particulièrement augmenté chez les 10-14 ans : à hauteur de 70 % [1].

 

Une raison principale à cela : les collégiens ont souvent vaqué seuls à leurs occupations, à la maison, durant plusieurs heures d’affilées pendant que leurs parents télétravaillaient. Or, même en présence d’adultes à la maison, ces « grands » enfants moins surveillés que des tout-petits peuvent aussi adopter des comportements à risque.

 

Concrètement, que peut-on faire ?

 

N’hésitez pas à évoquer régulièrement avec vos préados et adolescents, les différents risques encourus à travers la manipulation d’objets dangereux ou la recherche de sensations fortes, très communes à ces âges.

 

Vous pouvez vous baser sur des exemples concrets, comme leurs centres d’intérêt, pour les impliquer dans leur propre sécurité.

Prévenir les brûlures : de multiples points de vigilance

Les brûlures, en augmentation de 6 % chez les enfants de moins de 2 ans au printemps 2020 [1], peuvent survenir dans chaque pièce de la maison :

 

  • dans la cuisine, avec les plaques de cuisson, la bouilloire, le four ;
  • à table, avec un récipient, une boisson ou un plat trop chaud ;
  • dans la salle de bain, avec de l’eau trop chaude pour le bain ou en se lavant les mains ;
  • au contact d’un appareil de chauffage : radiateur, poêle, cheminée, ou d’un fer à repassé, d’un lisseur à cheveux, etc.

 

Concrètement, que peut-on faire ?

 

Afin d’éviter ce type d’accident, veillez à ce que votre enfant ne soit jamais seul dans la cuisine et équipez de protections adaptées vos systèmes de chauffage.

 

Comme il suffit parfois d’un moment d’inattention pour que l’accident se produise, prenez l’habitude, lorsque vous cuisinez, de :

 

  • tourner systématiquement vers l’intérieur les poignées des casseroles et des poêles ;
  • utiliser si possible les feux les moins accessibles de vos plaques de cuisson ;
  • privilégier l’utilisation d’une bouilloire électrique plutôt qu’une casserole si vous souhaitez faire chauffer de l’eau.

 

 Prenez également l’habitude de goûter les plats ou d’évaluer la température du biberon ou d’une boisson chaude avant de les présenter à votre enfant, surtout si ceux-ci ont été chauffés au micro-ondes.

 

Dans la salle de bain, un thermomètre étanche est un allié de choix pour vérifier la température de l’eau. Débrancher et à ranger systématiquement vos équipements électriques lorsque vous ne les utilisez pas (sèche-cheveux, lisseur, épilateur…) permet aussi d’éviter des brûlures.

Ingestion de corps étrangers et de produits chimiques : les éléments dange-reux doivent « prendre de la hauteur »

L’ingestion d’un corps étranger survient généralement chez les enfants de moins de 6 ans. Sur la période du 1er confinement de 2020, et parce que les enfants ont passé moins de temps dans des lieux de garde parfaitement adaptés pour les éviter, ces accidents domestiques étaient en augmentation de 54 % chez les moins de 2 ans [1].

 

Les objets le plus souvent ingérés sont :

 

  • les piles boutons,
  • les aimants,
  • les pièces de monnaie,
  • les petites pièces de jouets en plastique. [2]

 

 Les ingestions de produits chimiques, souvent ménagers, ont aussi augmenté de 16 % par rapport à l’année 2019 [1], chez les tout-petits.

 

Concrètement, que peut-on faire ?

 

En la matière, ranger est toujours une bonne idée ! Commencez par enlever les aimants du réfrigérateur, et vérifier que les clapets des jouets nécessitant des piles sont bien fermés.

 

Vous pouvez aussi :

 

  • retirer des coffres à jouets disposés au sol, les figurines ou éléments trop petits appartenant aux plus grands de la fratrie ;
  • jeter un œil dans les vide-poches placés à hauteur des petites mains de votre enfant… Vous y trouverez sans doute toute sorte d’objets à mettre hors d’atteinte.

 

Enfin, pensez à

 

  • placer également hors de portée et dans un endroit bien fermé les produits chimiques d’entretien et les médicaments,
  • privilégier, si possible, les alternatives naturelles : vinaigre d’alcool, bicarbonate… Souvenez-vous que vos enfants entrent tout de même en contact avec ces produits via les surfaces que vous entretenez avec.  

Accidents de la vie domestique : comment prévenir les écrasements et les coupures ?

Les écrasements de doigts surviennent principalement chez les enfants lors de la phase d’acquisition de la marche, lorsqu’ils cherchent des appuis sur les cadres de portes, en se déplaçant.

 

Gardez aussi en tête qu’en tentant d’atteindre les planches supérieures d’une étagère non fixée, les enfants plus grands peuvent faire basculer le meuble et se mettre vraiment en danger.

 

Les coupures, en revanche, se produisent souvent après avoir attrapé un couteau dans la cuisine, ou des ciseaux sur un bureau… Ces accidents domestiques ont augmenté de 14 % sur la période étudiée, en 2020 [1].

 

Concrètement, que peut-on faire ?

 

Pour les prévenir, pensez à :

 

  • vous équiper de bloque-portes ;
  • ranger systématiquement vos couteaux et objets tranchants dans un tiroir équipé d’un dispositif de fermeture sécurisé ;
  • fixer précautionneusement chaque meuble haut à la paroi sur laquelle il s’appuie.

 

Et si vous bricolez ?

 

Chaque année, 300 000 personnes victimes d’un accident de bricolage sont admises aux urgences [3]… Chaque chantier, même très restreint, comporte des risques. Veillez donc à :

 

  • ranger vos outils dans une boîte fermée dès que vous avez fini de vous en servir,
  • dans la mesure du possible, ne laissez pas vos enfants entrer dans la pièce où vous effectuez vos travaux.

 

Enfin, côté jardin ? 12 % des accidents domestiques surviennent à l’extérieur [3] de l’habitation. Il est donc primordial de sécuriser le jardin pour vos enfants. Les outils de jardinage et les produits d’entretien doivent être soigneusement rangés dans un abri de jardin ou une pièce bien fermée. Profitez également des premiers beaux jours pour vérifier que les installations – portique, trampoline, balançoire — sont encore en bon état.

 

 

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à consulter — et à partager — notre guide Anti-accident : une source d’informations concrètes pour minimiser les risques domestiques, auprès des petits et des grands.

Sources

[1] https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/269378/2684076

[2] https://www.larevuedupraticien.fr/article/confinement-attention-lingestion-de-corps-etrangers-chez-lenfant

[3] https://www.assurance-prevention.fr/confinement-prevenir-accident-domestique

Lire la suite