Le confinement est pour l’heure confirmé jusqu’au 11 mai… L’école à la maison sera donc une réalité pour encore au moins un mois. Devoir concilier télétravail, continuité pédagogique et gestion des tâches quotidiennes est souvent un vrai casse-tête On passe en revue les ressources disponibles qui permettent de soulager les parents : stages de soutien virtuels, outils pédagogiques gratuits en ligne, astuces d’organisation à la maison, mais aussi dispositions légales concernant l’arrêt de travail pour garde d’enfants.

Continuité pédagogique : les stages de soutien scolaire pendant les vacances de Pâques

La continuité pédagogique promise par le Ministère de l’Éducation nationale est aussi d’actualité pendant les vacances de Pâques. 

Durant la deuxième semaine des vacances de chaque zone, des professeurs volontaires animent des cours de soutien individuels ou par petits groupes pour les élèves du primaire, du collège et du lycée [1]. 

L’objectif de ces stages, avec l’accord des parents, est de venir en aide aux élèves qui accusent un retard d’apprentissage, et pour lesquels le confinement représente une difficulté supplémentaire. 

Des cours en ligne gratuits pendant le confinement

Un autre relais pédagogique pour aider les parents : les cours de soutien scolaire en ligne. Habituellement payants, certains sites sont actuellement gratuits du fait du confinement [2].  

Fiches de synthèse et exercices interactifs, des outils précieux de la 6e à la Terminale. Ça vaut le coup de jeter un coup d’œil ! 

Comment s’organiser entre télétravail et école à la maison ?

La grande difficulté pour les parents en cette période de confinement prolongé est de devoir assumer à la fois le télétravail et l’école à la maison en plus des tâches du quotidien. 

En couple, l’idéal est d’alterner avec son conjoint plage « télétravail » et plage « gestion des enfants ». Définir un planning quotidien et des priorités, façon « conseil de famille », avec des tâches bien précises pour chacun, des activités scolaires à la préparation des repas, est aussi une manière de responsabiliser les enfants et de respecter les espaces de calme nécessaires au télétravail des parents. 

Et puis c’est aussi accepter qu’on ne puisse pas dans ce contexte de confinement inédit, être aussi performant ET dans son travail ET dans son rôle de parent. Et ce n’est pas grave : c’est aussi peut-être le moment d’alléger un peu la charge mentale… 

Le chômage partiel pour garde d’enfant

Compte tenu de la fermeture des écoles depuis le 16 mars, et avec la nécessité d’assurer à domicile la continuité pédagogique, certains parents ont sollicité, sous certaines conditions, un arrêt de travail indemnisé, dédié à la garde de leur(s) enfant(s) [3].

À partir du 1er mai, ces salariés en arrêt de travail basculeront en activité partielle et percevront une indemnité à hauteur de 70 % du salaire brut.

Cette mesure éviterait une réduction de l’indemnisation des salariés concernés. En effet, après 30 jours d’arrêt (pour les salariés justifiant d’une ancienneté inférieure à 5 ans, par exemple), le niveau d’indemnisation des salariés aurait sensiblement diminué.

Quoi qu’il en soit, être en activité partielle pour assurer la continuité pédagogique, peut aussi être une option à envisager pour vivre plus sereinement la fin du confinement et le début du déconfinement…

Sources

[1] https://eduscol.education.fr/cid151006/stages-de-continuite-pedagogique.html 

[2] https://www.franceinter.fr/emissions/barbatrucs/barbatrucs-01-avril-2020 

[3] https://code.travail.gouv.fr/fiche-ministere-travail/coronavirus-questions-reponses-pour-les-entreprises-et-les-salaries 

[4] https://www.ameli.fr/assure/actualites/covid-19-des-arrets-de-travail-simplifies-pour-les-salaries-contraints-de-garder-leurs-enfants 

Lire la suite