EN BREF

Oui, avec modération comme toutes les matières grasses.

L’huile de coco est une huile riche en acides gras saturés dits triglycérides à chaîne moyenne (TCM), des graisses dont l’absorption intestinale ne requiert ni l’action de la bile ni celle des sucs pancréatiques.
Les TCM sont proposés comme source d’énergie pour les personnes qui absorbent mal les graisses des aliments : par exemple lors de problèmes de pancréas, de diarrhée chronique, ou pour les enfants prématurés. En milieu hospitalier, les TCM sont utilisés pour rééquilibrer l’alimentation de ces personnes. Facilement assimilés, ils permettent également d’absorber de nombreux nutriments solubles dans les matières grasses, tels que vitamines A, D, E et K ou caroténoïdes.
De nombreuses études pointent vers une efficacité des TCM pour réduire le nombre de crises dans certaines formes d’épilepsie résistante aux traitements. En effet, leur ingestion augmente les taux sanguins de corps cétoniques, des substances connues pour réduire la fréquence des crises d’épilepsie. Néanmoins, leur usage relève d’équipes hospitalières habituées à prescrire un régime cétogène.

Au delà de cet effet sur l’épilepsie, l’huile de coco est activement promue sur internet comme source de TCM pouvant augmenter le taux de corps cétoniques dans le sang, mais cette fois dans un but d’amaigrissement. Les corps cétoniques, qui apparaissent dans le sang lors de périodes de jeûne ou lors de régimes alimentaires hyperlipidiques et hypoglucidiques, sont vantés pour apporter de nombreux bienfaits dans les maladies neurodégénératives de type Alzheimer, la sclérose en plaques, le cancer, etc. Sauf que ces allégations ne sont soutenues par aucune étude clinique crédible.

Concernant la perte de poids, en 2012, la European Food Safety Authority (EFSA) et la Commission européenne ont estimé, au vu des études disponibles, que les compléments alimentaires contenant des TCM ne peuvent PAS prétendre aider à perdre du poids, que ce soit par augmentation de la satiété, diminution de l’accumulation des graisses ou intensification du métabolisme de base.
Attention, l’excès de TCM est contre-indiqué chez les personnes diabétiques et chez celles qui souffrent de cirrhose du foie ou de certaines maladies génétiques. Leurs éventuels effets indésirables sont les nausées, la diarrhée et des crampes intestinales.
Ceci étant précisé, l’huile de coco reste une matière grasse adaptée à la préparation des aliments, dans le cadre d’une alimentation équilibrée et diversifiée. L’huile de coco (et les TCM) sont aussi caloriques que les autres huiles.

Sources
L’avis de l’EFSA sur les TCM, 2011

Un article de 2012 sur l’intérêt du régime cétogène dans l’épilepsie

Lire la suite