Au fil des années, les solutions en faveur d’un tourisme responsable et respectueux de l’environnement séduisent de plus en plus de vacanciers. Et en la matière, la France regorge d’opportunités.

L’explosion du tourisme de masse, la situation climatique de ce début de siècle et la crise de la Covid-19 contribuent à éveiller les consciences sur notre responsabilité face à la protection de la planète et de l’environnement. Aujourd’hui, les vacances sont plus que jamais l’occasion d’une mise au vert, dans tous les sens du terme.

Transports, hébergements, activités… de nombreuses possibilités permettent de pratiquer l’éco-tourisme pour des vacances « vertes », plus solidaires et écologiques.

Les chiffres pour comprendre ce qui est en jeu autour du tourisme vert

Moment de plaisir et d’évasion par excellence, nos vacances ne font pourtant pas toujours de bien à la planète. Avec une offre devenue plus accessible, le nombre de touristes a explosé : +130% en 20 ans [1]. 

Parmi les chiffres les plus parlants, voici ceux à garder en tête si l’on souhaite prévoir ses prochaines vacances eco-friendly [2] :

  • le tourisme, et surtout le transport, est en effet responsable de 11% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) ;
  • 95% des touristes se concentrent sur seulement 5% des espaces visitables…en découle une « surpopulation » qui fragilise ces territoires ;
  • 77% des émissions de GES liées au tourisme en France concernent les transports.

S’initier au tourisme responsable pour votre prochaine destination évasion

Éco-tourisme, tourisme durable, responsable, équitable ou solidaire… Différents termes pour une approche similaire des vacances, où respecter l’environnement naturel, comme l’aspect culturel et humain des lieux que l’on visite est une priorité.

 

N’hésitez pas à partager l’adresse et à vous rendre sur le site de l’ATES, l’association pour le tourisme équitable et solidaire, qui fonctionne comme un moteur de recherche. Vous définissez vos critères et l’ATES vous propose plusieurs options de destinations ou circuits pour des vacances « vertes » [3].

 

Se reconnecter à la nature et se déconnecter des écrans pour des vacances encore plus « vertes » ! Dans nos cadres de vie souvent hyperconnectés, la déconnexion fera le plus grand bien.

Environnement : quelles sont les attentes des touristes ?

En février 2022, le site de l’Observatoire Valaisan du tourisme (Tourobs) a publié un rapport sur le tourisme durable [4]. Réalisée auprès de 594 personnes originaires de différents pays dont la France, l’enquête indique que la durabilité fait partie des critères pris en compte dans la préparation du voyage par plus d’un tiers des répondants (37%).

 

Parmi eux, 23% jugent cet aspect décisif et 20% affirment qu’il s’agit d’un critère central. Les personnes interrogées associent le tourisme durable aux éléments suivants :

 

  • 64% font le lien avec la protection de la nature ;
  • 43% l’associent avec un soutien aux territoires visités ;
  • 39% évoquent l’aspect énergétique.

 

En revanche, seulement 20% des répondants citent l’impact des transports.

 

Concernant les aspects négatifs du tourisme, la dégradation des sites naturels et culturels ainsi que la sur-fréquentation des sites touristiques constitue une préoccupation pour plus de 70% des sondés. Ils sont également 62% à citer la pollution atmosphérique.

Du transport à l’hébergement, favoriser le tourisme de proximité

Pourquoi aller chercher très loin ce qui existe pourtant à proximité de votre lieu de vie ? Du nord au sud, de l’est à l’ouest, la France est une mosaïque de paysages, de cultures et de gastronomies.

Et qui plus est après avoir vu leur activité bouleversée par deux années de pandémie, les acteurs du tourisme en France ont besoin de soutien.

Comment se « déplacer vert » ?

Bon pour la santé (l’activité physique reste votre meilleur ami pour lutter contre la sédentarité) et bon pour la planète, le cyclotourisme est une excellente manière de joindre l’utile à l’agréable [2].

 

Sinon, privilégiez le train qui reste le moyen de transport avec le plus faible impact carbone. Vous pouvez également pratiquer le covoiturage touristique qui permet de réduire à la fois les coûts de transport et l’empreinte carbone !

>>Vélo électrique ou vélo « classique »… Retrouvez nos conseils de prévention pour circuler en toute sécurité.

Quelles solutions d’hébergement éco-responsable ?

Le site de l’ADEME répertorie en France l’ensemble des hébergements labellisés éco-responsables comme, par exemple, La Clef Verte, l’Écolabel Européen ou Gîte Panda (décerné par WWF) [5]. Un hébergement « vert » est un établissement dont les propriétaires s’engagent à réduire l’impact environnemental, en limitant sa consommation énergétique et en utilisant des produits éco-responsables pour son fonctionnement.

Les activités de vacances à faible bilan carbone

Randonnées à pied ou à vélo, baignades en rivière, sortie en rollers, descentes en kayak ou via ferrata : sans surprise, ce sont toutes les activités non motorisées qui génèrent le plus faible bilan carbone. 

Ces activités au plus proche de la nature supposent évidemment de collecter et trier ses déchets, et de respecter l’écosystème en évitant de cueillir les fleurs ou de déranger les animaux. 

Quelques idées de sites à consulter pour des vacances plus « vertes » : 

Éco-tourisme : quelques labels à connaître

Ces dernières années, l’offre de tourisme écoresponsable se développe proportionnellement à la demande du public. Pour vous y retrouver, certains labels permettent d’identifier les initiatives réellement engagées dans une démarche durable.

 

Voici quelques exemples de labels reconnus en France et à l’international :

 

 

N’hésitez pas à visiter leur site internet pour découvrir leurs spécificités, et sélectionner vos prochaines destinations ou activités en étant bien informé…

France relance et le Fonds tourisme durable

Dans le cadre de l’opération France Relance, l’Etat a alloué une enveloppe de 50 millions d’euros à l’ADEME pour accompagner les acteurs du tourisme dans la transition écologique [6].

 

Ce Fonds Tourisme Durable concerne 3 secteurs clés :

 

  • la restauration,
  • l’hébergement,
  • le « slow tourisme » (voyager en prenant son temps et en respectant l’environnement) [7].

 

Il vise à soutenir les initiatives des TPE et PME spécialisées dans le tourisme qui prennent en compte l’impact économique, environnemental et social de leur activité.

L’Europe, une destination durable ?

Au niveau européen, les participants à la Conférence des ministres du Tourisme de l’Union européenne (organisée à Dijon en mars 2022) ont affirmé leur volonté de faire de l’Europe la première destination mondiale en matière de tourisme durable [8]. Une ambition qui doit notamment se traduire avec le projet de modernisation du réseau de transport européen.

 

Protéger l’environnement est à la portée de tous ! Découvrez comment agir au quotidien et réduisez votre empreinte carbone avec le Guide Climat édité par AXA Prévention.

Sources

[1] https://presse.ademe.fr/2021/09/journee-mondiale-du-tourisme.html

[2] Infographie de l’ADEME : https://presse.ademe.fr/2021/06/infopresse-vacances-partir-sans-oublier-la-planete.html?hilite=vacances

[3] https://www.tourismesolidaire.org/ 

[4] https://www.tourobs.ch/fr/articles/tourisme-durable/quels-comportements-et-attentes-en-matiere-de-tourisme-durable/

[5] https://www.ademe.fr/labels-environnementaux 

[6] https://agirpourlatransition.ademe.fr/entreprises/france-relance-tourisme-durable

[7] https://www.entreprises.gouv.fr/fr/tourisme/developpement-et-competitivite-du-secteur/definitions

[8] https://www.vie-publique.fr/discours/284592-jean-baptiste-lemoyne-18032022-tourisme

Lire la suite