Après deux années marquées par la pandémie, le Baromètre AXA Prévention fait état d’une augmentation des comportements routiers, à risque sur les trajets professionnels.

Après deux années marquées par la pandémie de Covid-19, le Baromètre AXA Prévention dédié aux trajets professionnels fait état d’une augmentation des comportements à risque...

Usage du téléphone au volant, non-respect des limitations de vitesse, conduite en état de fatigue… Les chiffres du Baromètre AXA Prévention 2022 sont sans appel : les comportements routiers à risque repartent à la hausse,sur les trajets professionnels. Explications.

Trajets professionnels : une hausse globale des comportements dangereux

En 2020 et 2021, les restrictions de circulation imposées dans le cadre de la crise sanitaire ont bouleversé les statistiques de la sécurité routière. Avec la généralisation du télétravail et l’augmentation du recours aux mobilités actives pour rejoindre son lieu de travail, ce constat était d’autant plus flagrant concernant les trajets professionnels

 

Or avec la levée progressive des restrictions, la situation est revenue à la normale, y compris en matière de mauvais comportements. Ces derniers sont effectivement en hausse depuis le début de l’année, selon le Baromètre 2022 AXA Prévention consacré aux risques routiers professionnels. Quelques chiffres permettent d’en rendre compte : 

> La vitesse

La vitesse fait partie des écueils les plus fréquents en matière de comportements à risque : 

• 69% des automobilistes circulent à 40-50 km/h dans les zones limitées à 30 km/h (contre 60% en 2021) ; 

• 62% circulent à 90-100 km/h sur les routes limitées à 80 km/h (contre 55% en 2021) ; 

• 53% roulent à 100-110 km/h sur les routes limitées à 90 km/h (contre 47% en 2021) ; 

• 35% roulent à 65 km/h en centre-ville (contre 26% en 2021). 

> La fatigue

La fatigue fait aussi partie des comportements dangereux pointés par le Baromètre, avec 57% des conducteurs qui prennent le volant ou continuent de rouler malgré un état de fatigue (ils étaient 49% en 2021).  

44% confient également conduire sans s’arrêter pendant 4 ou 5 heures d’affilée, sans respecter la pause conseillée toutes les 2 heures. 

> Autres comportements à risque…

Parmi les différents comportements dangereux sur les trajets professionnels, on retrouve les situations suivantes : 

• 63% des conducteurs ne s’arrêtent pas au feu orange (61% en 2021) ; 

• 60% conduisent de nuit (entre 22h et 5 h) pour un long trajet (contre 45% en 2021) ; 

• 56% téléphonent en conduisant (contre 44% en 2021) ; 

• 23% conduisent après avoir bu 1 ou 2 verres d’alcool (et 10% après 4 ou 5 verres) ; 

• 17% roulent après avoir pris des médicaments pouvant altérer la vigilance. 

Les mauvais comportements propres aux trajets professionnels

Les comportements à risque cités ci-dessus connaissent également une hausse globale parmi l’ensemble des automobilistes. D’autres, en revanche, se constatent beaucoup plus lors des trajets professionnels.  

 

Le paramétrage du GPS en conduisant arrive en tête de ces comportements pour 54% des personnes interrogées, contre 45% sur l’ensemble des automobilistes. 

 

C’est aussi lors des trajets liés au travail que le non-respect des limitations de vitesse est le plus important : 

 

• 27% indiquent rouler à 110-120 km/h sur des routes limitées à 80 km/h, contre 21% de l’ensemble des automobilistes ; 

• 22% confient rouler 120-130 km/h sur une route limitée à 90 km/h, contre 15% pour l’ensemble des automobilistes ; 

• 13% ont l’habitude de circuler à 160-170 km/h sur autoroute, contre 9% du total des conducteurs. 

 

D’autres comportements à risque se démarquent sur la route du travail avec le fait de : 

  • slalomer entre les files pour 23% des conducteurs (contre 17% pour l’ensemble des automobilistes),  
  • rouler avec plus de passagers que ne le prévoit le véhicule (8% des trajets professionnels contre 4% de la totalité des automobilistes). 

 

Dernière donnée, mais non des moins préoccupantes : 7% des salariés interrogés prennent la route après avoir consommé des produits stupéfiants, contre 3% de l’ensemble des automobilistes.

Le cas particulier des véhicules de société

Concernant les trajets professionnels, ce sont les conducteurs de véhicules de société qui affichent les conduites les plus dangereuses. Au regard de leur comportement, ils enregistrent un score de bon conducteur particulièrement faible de 29%, contre 44% du total des trajets professionnels. 

 

Parmi les usagers de véhicules de société, 3 sur 4 se servent de leur téléphone au volant ; 88% ne respectent pas les limitations de vitesse (contre 77% du total des trajets professionnels) et la conduite en état de fatigue est monnaie courante. 

 

Le stress d’arriver en retard au travail ou à un rendez-vous, la pression des objectifs à atteindre, la difficulté de concilier vie pro et vie perso… Les mauvais comportements au volant lors des trajets professionnels trouvent de nombreuses explications. Mais il ne s’agit pas d’une fatalité !  

Pour adopter les bonnes pratiques en matière de sécurité routière en entreprise, consultez la plateforme « En sécurité au travail » d’AXA Prévention. 

Lire la suite