Mieux consommer pour lutter contre le réchauffement climatique, c’est possible ! On vous explique comment faire, avec le Guide Climat d’AXA Prévention.

Se nourrir, se chauffer, se déplacer… Nos activités les plus basiques ont un impact sur l’environnement. Il en va de même pour notre façon de consommer. En adoptant les bons réflexes, on peut réduire notre empreinte carbone tout en réalisant des économies ! Mode d’emploi du « consommateur responsable ».   

Quel est l’impact environnemental de ce que nous consommons ?

Tout ce que nous achetons à un impact environnemental : chaque produit ou service sollicité contribue (à plus ou moins grande échelle) au réchauffement climatique. Nos objets du quotidien émettent effectivement d’importantes quantités de gaz à effet de serre (GES) durant leur fabrication, mais aussi leur stockage, leur acheminement vers leur point de vente ou de collecte, etc.

 

Forte consommation d’énergie, matériaux polluants, difficultés de recyclage… Les sources d’émissions des biens de consommation courante sont nombreuses ! Face à ce constat, une solution s’impose : il s’agit de repenser nos habitudes et notre façon de consommer. En un mot ? Sobriété !

 

Selon l’ADEME (Agence de la transition écologique), la consommation des Français a été multipliée par plus de trois depuis les années 60 [1]. De nos jours, les achats cumulés d’électroménager, de textiles et d’appareils numériques représentent près d’une tonne équivalent CO2 sur les 10 tonnes annuelles émises par chaque habitant de l’Hexagone.

 

Grâce au convertisseur de CO2 en ligne, proposé par l’ADEME, on peut se rendre compte concrètement de l’impact de notre consommation. Par exemple, 10 tonnes équivalent CO2 correspondent à :

  • 305 smartphones ;
  • 64 ordinateurs portables ;
  • 27 télévisions de 45 pouces ;
  • 431 jeans en coton.

Pour tester cet outil en ligne, en cliquez ici

Les bonnes pratiques pour mieux consommer

La base, pour consommer de façon plus responsable, est d’acheter moins mais de meilleure qualité. Faire durer le plus possible les objets dans le temps pour réduire au maximum leur empreinte carbone est une solution clé…

 

Pour vous aider, vous pouvez vous poser les bonnes questions au moment de chaque achat, en utilisant la règle des quatre « R », comme :

 

  • Réfléchir (Avez-vous vraiment besoin de cet objet ?) ;
  • Réutiliser (Vous pouvez peut-être trouver cet article d’occasion ?) ;
  • Réparer (Pourriez-vous plutôt allonger la durée de vie d’un produit que vous possédez déjà ?) ;
  • Recycler (Ce produit est-il bien recyclable ?).

 

Vous pouvez aussi vous appuyer sur les labels environnementaux pour sélectionner vos produits. Textile, ameublement, cosmétique, électroménager… Il en existe dans tous les domaines !

Le saviez-vous ?

Nous portons seulement un tiers de notre garde-robe, alors que chacun d’entre nous achète en moyenne près de 10 kilos de vêtements par an… Là aussi, acheter uniquement le nécessaire en choisissant des vêtements de seconde main permet de réaliser des économies, tout en préservant la planète !

Numérique : les bons réflexes à adopter

Que ce soit lors de la fabrication des appareils (smartphones, ordinateurs, tablettes…) ou lors du visionnage de vidéos en streaming, les usages du numérique émettent d’importantes quantités de gaz à effet de serre.

 

D’où la nécessité de revoir nos habitudes, aussi, en matière de technologie. S’il est grisant d’arborer le dernier modèle de smartphone chaque année, il faut également prendre en compte son impact environnemental… 

 

Pour les achats, privilégiez par exemple les appareils reconditionnés ou facilement réparables, et pensez à donner ou à vendre ceux dont vous n’avez plus l’usage.

Bon à savoir

Lorsque vous regardez une vidéo de 10 minutes en streaming, c’est comme si vous utilisiez une ampoule LED standard pendant 16 h ! Pour y remédier, essayez de réduire votre consommation de vidéos en ligne, ou de les visionner dans une définition plus basse.

L’épargne, source d’émission de CO2 ?

L’impact environnemental de l’épargne est dû au financement de projets polluants. Il est tout à fait possible de reprendre la main sur l’usage de notre argent placé en se renseignant sur les engagements sociaux et environnementaux de notre banque.

 

Des labels spécialisés (ESR, ISR, Greenfin…) permettent d’orienter l’utilisation de notre épargne vers des projets respectueux de l’environnement, à travers la notion de « finance verte » [2]. L’argent peut alors être utilisé pour financer la transition écologique et la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Vous souhaitez aller plus loin dans vos actions en faveur de l’environnement ? Téléchargez ici le Guide Climat édité par AXA Prévention. Complet, autant que concret, ce document recense de nombreuses informations pratiques pour réduire son empreinte carbone au quotidien.

Sources

[1] https://www.ademe.fr/expertises/consommer-autrement/quoi-parle-t/consommation-menages-france

[2] https://www.economie.gouv.fr/facileco/finance-durable

Lire la suite