AXA Prevention
  • Accueil
  • >
  • Dépistage organisé du cancer colorectal : le diagnostic précoce comme outil de prévention

Dépistage organisé du cancer colorectal : le diagnostic précoce comme outil de prévention

Le cancer colorectal est le 2e cancer le plus meurtrier. Pourtant, s’il est diagnostiqué à temps, le taux de guérison s’élève à 90 %.

  • Accueil
  • >
  • Dépistage organisé du cancer colorectal : le diagnostic précoce comme outil de prévention

Dépistage organisé du cancer colorectal : le diagnostic précoce comme outil de prévention

Le cancer colorectal est le 2e cancer le plus meurtrier. Pourtant, s’il est diagnostiqué à temps, le taux de guérison s’élève à 90 %.

Un programme national permet aux femmes et aux hommes de plus de 50 ans de se faire dépister gratuitement tous les 2 ans. Le test, très facile, est à réaliser soi-même et à domicile.

Quelques chiffres [1] sur le cancer colorectal :
  • 17 000 morts par an ;
  • 43 000 nouveaux cas en 2018 ;
  • 95 % des malades ont plus de 50 ans ;
  • 32,1 % des 50 – 74 ans se font dépister ;
  • 90 % de guérison lorsque le diagnostic est posé précocement.
Le cancer colorectal : diagnostic précoce et guérison

60 à 80 % [2] des cancers colorectaux se développent à partir d’un polype ou adénome bénin.

Un dépistage précoce peut permettre de sauver la vie d’une personne atteinte, mais aussi de repérer, et enlever, les adénomes à risque avant même qu’ils ne deviennent malins.

N’hésitez pas à en parler à vos proches de plus de 50 ans pour les sensibiliser à l’importance d’un dépistage régulier, et à la simplicité du test proposé.

Le programme national de dépistage du cancer colorectal

Généralisé depuis 2009, le programme national de dépistage est destiné aux – presque - 20 millions de Français âgés de 50 à 74 ans. Il se déroule en 2 étapes :

1.     un test immunologique à faire chez soi ;

2.     une coloscopie en cas de résultat positif.

Tous les 2 ans, l’Assurance Maladie envoie un courrier aux personnes concernées les invitant à retirer un kit de dépistage gratuit auprès de leur médecin traitant.

En France, le taux de participation reste faible : 32,1 %, alors qu’il est de 71,3 % aux Pays-Bas ou encore 62,8 % au Portugal [3]. Le sujet n’est pas tabou, et chacun peut contribuer à faire grimper les chiffres de la participation en incitant ses proches à y participer.

Cancer colorectal : comment faire le test individuel ?

Depuis 2015, le test individuel de dépistage est plus simple et plus fiable. Il se fait en 5 minutes, depuis chez soi.

Le kit remis pas votre médecin comprend :

  • un mode d’emploi ;
  • une fiche d’identification ;
  • une toile de recueil des selles à coller sur la lunette des toilettes ;
  • un tube pour recueillir le prélèvement ;
  • une enveloppe prétimbrée pour l’envoi au laboratoire.

 Première étape : une fois complétée la fiche d’identification et collée la vignette sur le tube, installez la toile fournie sur la lunette des toilettes. Ainsi, vos selles n’entrent pas en contact avec l’eau (ni avec aucun détergent).

Deuxième étape : le bouchon du tube est muni d’une tige, qu’il vous faut frotter sur la matière fécale collectée sur la toile. Refermez le tube et secouez bien.

Troisième et dernière étape : glissez le tube et la fiche d’identification dans l’enveloppe prétimbrée, et envoyez le tout par la Poste le jour même, ou dans les 24 h. La toile sur vos toilettes ? Elle va à la poubelle.

Les résultats du test de dépistage du cancer colorectal

En 15 jours maximum, vous recevez le résultat de votre test de dépistage soit par courrier, soit en ligne sur le site résultat-dépistage.fr

Dans 95,5 % des cas [4], il est négatif. Vous êtes alors tranquille pour 2 ans. En cas de réponse positive (4,5 % des résultats), orientez-vous vers un gastroentérologue qui réalisera une coloscopie.

Dans plus de la moitié des cas, le résultat est ensuite négatif. Un polype est détecté pour 30 à 40 % des personnes concernées, et la coloscopie débouche sur un diagnostic de cancer dans 8 % des cas.