Quelle que soit la saison, le vélo est un excellent moyen de transport au quotidien : un allié de choix pour votre santé et pour l’environnement.

-> lire notre article sur les bénéfices du vélo pour la préservation du climat

 

De plus en plus de personnes font le choix de se déplacer quotidiennement à vélo, même l’automne et au cœur de l’hiver et bravent le froid et la pluie. Mais comment adapter son équipement aux conditions météo, et quelles sont les règles de sécurité à respecter par mauvais temps ? Explications…

Faire du vélo en hiver : des bénéfices bien réels à condition de ne pas oublier la sécurité

En période hivernale, le froid ou la pluie peuvent en dissuader plus d’un d’utiliser le vélo comme mode de déplacement principal. Les conditions de sécurité (manque de luminosité et de visibilité, verglas…) constituent également des freins à la pratique.

 

Pour circuler à vélo l’hiver mieux vaut se préparer un minimum !

 

À l’instar de toute activité physique, faire du vélo en hiver offre chaque jour une occasion de se maintenir en forme [1]. Les bienfaits du vélo sur la santé sont aujourd’hui bien connus, et on sait que pédaler régulièrement permet, entre autres, de :

  • se muscler,
  • prévenir les maladies cardiovasculaires,
  • lutter contre le surpoids,
  • améliorer sa respiration,
  • agir contre le stress...

 

Nous l’évoquions plus haut, c’est également une bonne façon de préserver l’environnement et de réduire efficacement son empreinte carbone. Même en vélo à assistance électrique (VAE), les émissions de CO2 restent infimes !

 

Si vous craignez la sensation de froid accentuée par la vitesse, dites-vous que l’effort fourni pour pédaler va de toute façon vous réchauffer. Cela vaut aussi en VAE, même si l’énergie dépensée est moindre.

Les équipements vélo pour se protéger du froid et de la pluie

Prêt pour un petit tour d’horizon des bonnes pratiques, afin de rouler confortablement, par tous les temps ? [2].

 

La tête et le visage

1.    Pour vous protéger la tête, vous pouvez opter pour un bonnet assez fin en laine mérinos, par exemple, ou pour un bandeau qui vous permettra d’enfiler facilement votre casque.

Certains modèles de casques d’hiver incarnent des options tout-en-un, et disposent de renforts pour garder vos oreilles bien au chaud.

 

2.    Les jours de grand froid ou de pluie, vous pouvez aussi rabattre votre capuche sur votre casque, à condition de la choisir suffisamment grande. Pensez à ce genre de détail lorsque vous achetez votre manteau d’hiver !

 

3.    Il existe également des sous-casques coupe-vents ainsi que des sur-casques imperméables qui permettent de garder la tête au sec lorsqu’il neige ou qu’il pleut. Des accessoires de confort, qui vous rendent mieux visibles et customisent à merveille votre équipement de cycliste aguerri…

 

4.    Veillez aussi à protéger votre visage du froid avec un tour de cou, une cagoule ou un cache-nez. Ces équipements préservent également vos voies respiratoires de la sensation, parfois désagréable, liée à l’inhalation d’air froid.

 

5.    Pour protéger vos yeux du vent humide ou glacial, rien de tel qu’une paire de lunettes. Il existe des modèles spéciaux avec des verres clairs, adaptés aux conditions hivernales (pluie, brouillard…).

 

Le haut et le bas du corps

La meilleure façon de ne pas subir la fraicheur est de multiplier les couches sur le buste, comme en randonnée, quitte à en enlever en chemin en fonction de la température et de l’intensité de l’activité.

 

Trois couches : c’est en général le minimum conseillé pour faire face à toutes les conditions :

• une première couche près du corps (t-shirt, chemise…),

• une deuxième pour vous garder au chaud (pull, sweat, polaire, gilet…),

• une troisième couche coupe-vent et imperméable pour vous garder au sec par temps de pluie.

 

Vous trouverez sans difficulté des capes et des ponchos de pluie spécialement étudiés pour la pratique du vélo, à adopter en guise de 3e couche !

 

Et pour les jambes ? N’hésitez pas à prévoir un sur-pantalon imperméable – souvent peu volumineux - à enfiler en cas d’averse.

 

Les mains

Bien évidemment, en hiver, les mains sont particulièrement exposées au froid sur le guidon. Pour éviter d’arriver à destination avec les doigts gelés, vous aurez besoin d’une bonne paire de gants, coupe-vent au minimum, voire étanche pour les jours pluvieux.

 

Oubliez les moufles et les gants trop épais qui vous feraient perdre en dextérité. Si le froid est intense, vous pouvez porter des sous-gants en soie, en veillant bien à ne pas être trop serrés.

 

Pour être bien protégé en cas de chute et d’intempéries, vous pouvez aussi opter pour des gants de moto, bien adaptés à une pratique intensive.

 

Il existe deux autres alternatives pour bien protéger ses mains du froid.

1.    La première consiste à utiliser des chaufferettes que l’on place dans les gants.

2.    La seconde est de glisser ses mains dans des manchons qui se fixent facilement sur le guidon et se retirent tout aussi simplement lorsque vous stationnez votre bicyclette.

           

Les pieds

Par temps très froid et humide, vous pouvez opter pour des sur-chaussures (ou guêtres) de pluie, coupe-vent et imperméables. Choisissez-les fluo et équipées de bandes réfléchissantes, comme l’ensemble de vos accessoires, pour être encore plus visible !

 

La sécurité avant tout

Faible luminosité, grisaille, brouillard… Lorsque l’on se déplace à vélo en hiver, il est primordial de se rendre bien visible pour améliorer sa sécurité [3] !

 

Pour compléter votre équipement de base, différents accessoires vous permettent de vous faire remarquer des automobilistes comme :

  • des gants fluorescents,
  • un poncho superposé d’un gilet rétroréfléchissant,
  • des sur-chaussures ou encore un sac à dos comprenant des éléments réfléchissants et/ou fluo ;
  • des led rechargeables à fixer sur votre vélo.

L’hiver, il est également important de se renseigner sur les conditions météo et de circulation avant d’enfourcher votre cycle. La météo annonce de la neige et du verglas - même ponctuellement - au cours de la journée ? Mieux vaut laisser votre vélo au garage…

2 conseils de conduite pour les cyclistes irréductibles

Sur sol mouillé ou verglacé, pensez bien à anticiper le freinage et à adapter votre allure ! N’hésitez pas à descendre de vélo avant de vous engager dans une pente potentiellement très glissante.

 

Si vous devez rouler sur la neige, baissez très légèrement la pression des pneus pour avoir une surface de contact plus importante avec le sol, ou montez des pneus plus larges ou à crampons.

Entretenir son vélo pour plus de sécurité

En hiver, réaliser l’entretien régulier de son vélo est primordial. Freins, pneus, dérailleur, câbles… Tous ces éléments doivent faire l’objet d’une attention quotidienne. Une petite inspection tous les matins avant de prendre la route vous évitera bien des problèmes.

 

Veillez aussi à graisser la chaine régulièrement pour la protéger du sel répandu en hiver sur les routes, et nettoyez plus fréquemment votre vélo, pour les mêmes raisons.

 

Pour le VAE, gardez en tête que sous l’effet du froid, les batteries se déchargent plus rapidement. Protégez votre batterie dans une housse en néoprène et stockez-la à température ambiante dans un endroit sec [4], lorsque vous êtes à l’arrêt.

 

En suivant ces quelques conseils, vous pourrez pédaler tout l’hiver en sécurité et sans (trop) vous soucier du froid !

Sources

[1] https://www.assurance-prevention.fr/velo-cyclisme-benefice-sante.html

[2] https://www.cyclable.com/blog/2019/01/23/se-proteger-du-froid-a-velo/

[3] https://www.securite-routiere.gouv.fr/chacun-son-mode-de-deplacement/dangers-de-la-route-velo/bien-circuler-velo

[4] https://www.provelo.org/fr/page/vae-entretien-hiver

Lire la suite