EN BREF

Pour permettre au système de santé de prendre en charge les cas sévères.

Le 17 mars 2020, le gouvernement a mis en place des mesures visant à limiter les interactions sociales et les déplacements des Français, dans le but de ralentir la progression de l’épidémie de COVID-19 (infection par le coronavirus SARS-CoV-2).

Ces mesures, le « confinement », sont destinées à éviter que les hôpitaux ne soient plus en mesure de prendre correctement en charge les personnes qui développeront une forme sévère de cette infection. Pourquoi cette stratégie ? En existe-t-il d’autres ?

La propagation d’une épidémie, un phénomène exponentiel

Lorsqu’un virus jusque-là inconnu touche une population dépourvue d’immunité, comme c’est le cas pour le SARS-CoV-2, il se propage de manière exponentielle. Une personne infectée en contamine X autres (dans le cas de la COVID-19, X serait de l’ordre de 2 à 3 personnes, contre 1,3 pour la grippe saisonnière). Chacune de ces X personnes en contamine X autres, donc le nombre de cas passe à (X fois X), et ainsi de suite.

Parce que personne ne possède d’immunité, le nombre de cas s’envole rapidement. Même pour une infection qui reste sans gravité pour 80 % des personnes contaminées, le nombre de cas sévères augmente rapidement, en particulier dans les populations les plus fragiles : personnes âgées de plus de 70 ans, personnes souffrant de maladie chronique.

La capacité des services de réanimation est limitée

Lorsqu’une personne présente une forme sévère de COVID-19, elle est admise dans un service de réanimation qui va la suivre de près : ses capacités respiratoires sont diminuées par l’infection et il faut s’assurer que son organisme reçoit suffisamment d’oxygène, en particulier à l’aide d’un respirateur. Le nombre de places en unités de réanimation n’est pas extensible à l’infini : en France, il y en a un peu plus de 5 000. Donc, il est essentiel que le nombre de personnes atteintes de forme sévère de COVID-19 ne dépasse pas ce chiffre, à aucun moment (sans compter que d’autres maladies exigent aussi un séjour en réanimation et que les personnes atteintes par le virus ne sont pas uniformément réparties sur le territoire).

Limiter la croissance exponentielle

Il est donc indispensable de ralentir le plus possible la progression de l’infection par coronavirus pour éviter de submerger les services de réanimation. Par exemple, sur la base théorique de 3 000 lits de réanimation disponibles pour la COVID-19 (et 2 000 lits pour les autres maladies) et de 80 % de cas bénins, cela signifierait qu’il faut maintenir à tout moment le nombre de cas déclarés de COVID-19 sous la barre des 15 000 (12 000 cas bénins – 80 % - et 3 000 cas sévères – 20 %). Ce nombre théorique ne tient pas compte, de nouveau, des variations régionales.

Pour limiter la croissance exponentielle, une seule solution : réduire le nombre de contaminations par personne infectée (par exemple, passer de 3 à 2 en moyenne). Pour cela, deux mesures : la quarantaine des personnes malades (pendant 2 semaines) et la réduction générale des contacts entre les personnes non malades (mais peut-être en train d’incuber la maladie). C’est cette mesure qui a été adoptée en Chine, en Corée du sud, en Italie, en Espagne et, depuis le 17 mars, en France.

Certains pays, en particulier la Corée du sud, ont adopté une mesure supplémentaire, le dépistage massif de l’infection, pour mettre en quarantaine les personnes porteuses du virus sans symptôme ou en train d’incuber la maladie.

Ne devrait-on pas laisser circuler le virus pour en finir plus vite avec l’épidémie ?

Pour qu’une épidémie comme celle de COVID-19 s’arrête, il faut qu’un pourcentage significatif de la population soit immunisé. Ainsi le virus a du mal à trouver de nouveaux organismes pour se multiplier. C’est ce qu’on appelle l’immunité « de masse », ou « collective » ou « grégaire ». Le pourcentage à atteindre varie selon la contagiosité de la maladie. On l’estime à 50-60 % pour le coronavirus, mais il est de 83-94 % pour un virus aussi contagieux que celui de la rougeole (une personne infectée par ce virus contamine 12 à 18 personnes en moyenne !).

Mais alors, ne devrait-on pas laisser circuler le coronavirus pour en finir plus rapidement ? En théorie, la réponse est oui. Mais cela serait au prix de la vie des personnes atteintes de formes sévères que le système de santé, débordé, ne pourrait pas prendre en charge.

Face à la COVID-19, le gouvernement britannique a d’abord choisi cette option : laisser filer l’épidémie pour immuniser le plus de Britanniques le plus rapidement possible. Mais les projections de mortalité, considérant l’état du système de santé outre-Manche, indiquaient que entre 300 et 400 000 citoyens, les plus fragiles, y perdraient la vie. Inacceptable sur un plan éthique. Les autorités sanitaires britanniques ont changé de cap et imposé des mesures similaires à celle du reste de l’Europe.

Mais alors, avec le confinement, on prolonge l’épidémie ?

La réponse est oui. Mais on rend l’épidémie plus gérable pour le système de santé et on protège la vie des personnes atteintes de formes sévères qui pourront bénéficier des soins intensifs qu’elles requièrent. Le nombre de décès sera réduit d’autant, même si le nombre total de cas sera probablement le même que si l’on avait laissé filer l’épidémie. L’épidémie sera prolongée de quelques semaines.

Le confinement, une mesure solidaire avant tout

Certes, pour les personnes âgées ou fragiles, le confinement est d’abord un moyen de se protéger soi-même. Mais pour le reste de la population, peu menacé de formes sévères, le confinement est avant tout un geste solidaire pour protéger les personnes les plus vulnérables. Pour qu’elles puissent, le cas échéant, être soignée en service de réanimation.

Accepter les contraintes d’isolement social, tout en sachant qu’elles risquent de durer plusieurs semaines, c’est éviter que des dizaines de milliers de personnes ne décèdent, faute de soins optimaux.

Sources

Di Wu, Tiantian Wu, Qun Liu & Zhicong Yang. « The SARS-CoV-2 outbreak: what we know. » International journal of infectious diseases. 12 mars 2020

Le site du gouvernement français sur la COVID-19

Le site de Santé Publique France

Le site de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

Lire la suite