Les symptômes sont identiques à ceux de la grippe saisonnière : fièvre supérieure à 38°, ou courbatures, ou grande fatigue notamment, et toux ou difficultés respiratoires. Si vous ressentez ces symptômes, appelez votre médecin traitant.

Définition et symptômes

La grippe A/H1N1 est une infection humaine par un nouveau virus grippal de la famille A/H1N1 qui infecte habituellement les porcs.
C'est une infection virale qui se transmet maintenant d'homme à homme (transmission interhumaine).

Les symptômes sont identiques à ceux de la grippe saisonnière : fièvre supérieure à 38°, ou courbatures, ou grande fatigue notamment, et toux ou difficultés respiratoires.
Si vous ressentez ces symptômes, appelez votre médecin traitant.

Dans le cadre de l'épidémie actuelle, la transmission se fait de la même manière que celle d' une grippe saisonnière :

- par la toux, les éternuements ou les postillons ;
- par contact rapproché avec une personne infectée, par exemple lorsqu'on l'embrasse ou qu'on lui serre la main ;
- par contact avec des objets touchés et contaminés par une personne malade (exemple : une poignée de porte, un bouton d'ascenseur, ...).

Comment s'en protéger ?

Lavez-vous les mains plusieurs fois par jour avec du savon ou une solution hydroalcoolique.

Couvrez-vous la bouche et le nez avec un mouchoir en papier lorsque vous toussez ou éternuez.

Puis jetez votre mouchoir dans une poubelle et lavez-vous les mains.

En cas de symptômes grippaux, appelez votre médecin traitant.

Des médicaments antiviraux (l'Oseltamivir (Tamiflu) et le Zanamivir (Relenzal)) sont actuellement efficaces sur ce virus. Ils doivent être pris après consultation et diagnostic réalisés par un médecin, sur prescription médicale.

Le vaccin contre la grippe A/H1N1 est disponible depuis le 20 octobre pour les professionnels de santé et depuis le 12 novembre pour le reste de la population française et, en priorité, les personnes chez qui les complications de la grippe pourraient être dangereuses (personnes avec des facteurs de risque supplémentaires).

Les femmes enceintes à partir du deuxième trimestre, les nourrissons âgés de 6 à 23 mois et les personnes immunodéprimées doivent être vaccinées avec un vaccin dépourvu d'adjuvant disponible le 20 novembre.

La vaccination des enfants d'âge scolaire (sous réserve de l'accord des parents) et des personnes âgées avec facteurs de risque aura lieu à partir du 25 novembre.

Un millier de centres de vaccination ont été mis en place hors des hôpitaux (gymnases, par exemple) pour éviter de surcharger les centres de soins. Seuls ces centres disposent des vaccins contre la grippe A(H1N1). Les enfants des collèges et des lycées seront vaccinés dans les établissements scolaires.

Des bons de vaccination sont envoyés par l'Assurance maladie aux personnes prioritaires, dans l'ordre de priorité. Ces bons indiquent le centre où la personne qui le souhaite peut se faire vacciner (mais une personne qui s'est trompée de centre sera vaccinée dans le centre où elle s'est rendue par erreur). Lors de la première injection, un bon sera remis à la personne vaccinée pour qu'elle puisse venir recevoir sa deuxième injection.

Les personnes qui souffrent d'une maladie justifiant des visites régulières à l'hôpital seront vaccinées dans le service hospitalier qui les accueille habituellement.

Les personnes qui ne sont pas prioritaires pourront ensuite se faire vacciner dans ces centres qui seront ouverts aux heures habituelles d'ouverture, ainsi qu'en soirée et le samedi.

La réponse est oui pour les personnes qui font partie d'une population à risque de complications graves : personnes souffrant d'insuffisance cardiovasculaire ou respiratoire, personnes souffrant de maladies chroniques graves, personnes de plus de 65 ans avec facteurs de risque, etc. La vaccination est également fortement recommandée aux professionnels de santé, de secours, médico-sociaux ainsi qu'à ceux qui s'occupent d'enfants de moins de trois ans.

Les vaccins contre la grippe A(H1N1) sont contre-indiqués chez les nourrissons de moins de six mois, les personnes qui souffrent d'allergie à l'un des constituants des vaccins (œuf, protéines de poulet, albumine, formaldéhyde, etc.) et les personnes qui souffre d'une infection avec fièvre.

Lire la suite