Pour prévenir les risques numériques chez les enfants, c’est à un public plus jeune que d’habitude que Station F a ouvert ses portes ce vendredi 28 juin… Retour sur une journée dédiée à la sensibilisation aux potentiels risques d’internet.

Le campus de start-up qui couve quotidiennement des centaines d’entrepreneurs du numérique accueillait, ce jour, les élèves de 3 classes de CM2 franciliennes. 90 enfants et un objectif commun : obtenir leur Permis Internet. Une occasion pour ces jeunes internautes d’être sensibilisés aux principaux risques du web tout en s’amusant, et de profiter d’un temps d’échange avec les acteurs de cette initiative nationale à l’œuvre depuis 6 ans.

Apprivoiser les écrans et s’activer grâce à eux : des clés pour le bon développement des enfants

Apprendre en s’amusant, tel était le mot d’ordre de ce début d’après-midi. Les 3 classes ont été accueillies tour à tour par les talentueuses équipes des start-up venues faire découvrir aux enfants une autre manière d’utiliser internet.

Les jeunes pousses Fiters, Playzz et Wakatoon étaient de la partie, avec au programme des expériences aussi bien ludiques que pédagogiques, créatives mais aussi… sportives.

Durant 2 heures le hall de la Station F a pris des airs de cour de récréation. Il fallait le faire ! Et les start-up ont réussi le pari d’embarquer ce jeune public.  

Découverte d’outils numériques d’animation avec Wakatoon

Les élèves, d’abord concentrés sur des livrets de coloriage, ont pu voir leurs œuvres prendre vie sur écran. L’application signée Wakatoon permet de transformer le coup de crayon des très jeunes créateurs en un dessin animé personnalisé.

C’est donc les yeux écarquillés et dans un calme  olympien qu’ils ont pu découvrir les personnages créés de leurs mains. Ne perdons pas de vue que le développement de l’enfant passe aussi par la valorisation de ses créations… Wakatoon voit donc très juste avec cette initiative.

Des enfants moins sédentaires grâce aux écrans pour s’activer avec Fiters

Parmi les défis à relever pendant cette journée dédiée au Permis Internet figure bien entendu celui d’inverser la tendance de la sédentarité liée à l’usage des écrans chez les enfants, mais aussi chez les adultes. Fiters se positionne sur ce terrain et s’engage pour prévenir les risques psychosociaux dont l’hyperconnexion en encourageant le sport à travers des jeux en ligne.

Ce vendredi à Station F, c’est donc accompagnés de coachs confirmés que les enfants se sont adonnés à des jeux collectifs favorisant la coordination, la rapidité et bien sûr, l’esprit d’équipe. Bon point pour ce terrain de sport improvisé !

Prévenir les risques digitaux en revalorisant… la réalité, avec Playzz

Forte de son concept mêlant jeux éducatifs, univers cinématographique et technologies numériques, Playzz a vocation à reconnecter « tout simplement » les enfants à la réalité. Mais il fallait y penser, car l’offre sur internet a tendance à ne pas aller dans ce sens.

Plongés dans l’histoire de « La bataille du dragon » lors d’une séance de ciné de deux petites minutes, les enfants présents ont été mis au défi d’aider un Prince - vaillant mais un peu tête en l’air - à protéger son royaume.

Une mission à accomplir via une série de jeux et d’énigmes autour de l’usage d’internet. De quoi contribuer au développement des enfants, et booster leurs compétences cognitives et relationnelles hors écran. La tablette numérique n’étant utilisée qu’à la toute fin du jeu, pour formuler la réponse finale.

Cyber-harcèlement et hyperconnexion au cœur des préoccupations

« Internet est un outil formidable d’information et de partage, mais il faut en accompagner les premiers usages », déclare Éric Lemaire, Président d’AXA Prévention, à l’ouverture de la cérémonie de remise du 2 millionième Permis Internet.

 

Il rappelle que ce dispositif de formation à l’usage d’internet lancé en 2013 avec la Gendarmerie Nationale, puis la Police Nationale et la Préfecture de police se réinvente au fil des ans pour rester en première ligne de la prévention des risques numériques. En 2019 le programme du Permis Internet s’enrichit de deux nouveaux thèmes majeurs : le cyber-harcèlement et l’hyperconnexion.

L’impact que l’usage fréquent des appareils numériques peut avoir sur l’attention des enfants est désormais bien connu. Il est d’ailleurs l’objet d’une question posée par une élève de CM2 à Jacques de Peretti, PDG d’AXA France, et aux experts investis dans ce programme éducatif : « pourquoi ne faut-il pas rester tout le temps sur internet ou les écrans ? ».

Et Jean-Philippe Lachaux, neurobiologiste à l’INSERM, de répondre en soulignant l’importance de savoir laisser son cerveau au repos pour qu’il assure bien sa fonction de mémorisation des connaissances. La stimulation permanente suscitée par les applications mobiles est également source de troubles attentionnels, explique le scientifique.

Les jeunes générations, en première ligne de la prévention des risques numériques

Pour accompagner une prise de conscience collective des effets « à risques » liés au numérique, un appel à transmettre le message a été lancé aux enfants.

« Le Permis Internet est un début, il faut continuer, et ne pas hésiter à en parler, avec vos camarades, vos parents, votre entourage... C’est aussi à vous d’éduquer les plus jeunes », déclare Jacques de Peretti devant le jeune public.

Le moment était ensuite venu de tester les connaissances de chacun - enfants et adulte - en matière de prévention des risques sur internet. 10 questions ont permis aux 90 élèves présents et à leurs accompagnants de valider leurs connaissances du web et de ses usages.

·       Doit-on parler à un inconnu sur internet ?

·       Quel mot de passe est le plus sécurisé ?

·       Quand faire appel à ses parents et que faire face à des propos blessants ?

Un large éventail de sujets abordés dans une ambiance studieuse qui a rapidement laissé place à l’atmosphère très bon enfant des résultats.

Le 2 millionième Permis Internet a en effet été obtenu haut la main sous les vivats des écoliers de CM2 qui se sont remarquablement illustrés. Ces derniers ont particulièrement bien retenu leur leçon puisque, à la surprise de presque tout le monde, sauf des enfants eux-mêmes, ces derniers ont largement dépassé les adultes avec un taux de bonnes réponses de 96,3 % contre 91,5 %.

Un excellent score qui donne espoir quant à leur utilisation actuelle et future d’internet et des réseaux sociaux. Présent lors de la cérémonie, Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur a profité de son allocution pour rappeler aux enfants les risques liés à :

·       l’usurpation d’identité

·       l’exposition en ligne

·       l’existence de traces numériques laissées sur le web.

L’occasion de réaffirmer l’engagement de la Gendarmerie et de la Police Nationale.

Lire la suite