AXA Prevention

Pourquoi et comment préserver la biodiversité ?

Préserver l’environnement, c’est faire de son mieux chaque jour pour réduire son empreinte carbone afin de lutter contre le réchauffement climatique. Mais c’est aussi veiller à protéger, à son échelle, les écosystèmes et le vivant. Explications…

Pourquoi et comment préserver la biodiversité ?

Préserver l’environnement, c’est faire de son mieux chaque jour pour réduire son empreinte carbone afin de lutter contre le réchauffement climatique. Mais c’est aussi veiller à protéger, à son échelle, les écosystèmes et le vivant. Explications…

Protéger la biodiversité fait partie des enjeux majeurs pour les années à venir : les effets de l’activité humaine ont d’importantes répercussions sur le climat, et menacent des millions d’espèces végétales et animales. Il est encore temps d’agir pour préserver nos ressources et notre environnement… Alors, prêt à vous engager ?

La biodiversité : un enjeu majeur pour la planète

L’extension des surfaces agricoles, la surexploitation des espèces, les émissions de gaz à effet de serre, l’utilisation de pesticides… Bon nombre d’activités humaines sont responsables du recul de la biodiversité, sur l’ensemble du globe.

 

Le réchauffement climatique perturbe en effet tous les écosystèmes, et les conséquences sont multiples :

  • extinction de milliers d’espèces animales et végétales…
  • baisse des productions agricoles dans certaines régions du monde,
  • montée du niveau des mers,
  • augmentation du nombre de catastrophes naturelles (sécheresse, inondations, tempêtes…),
  • accentuation des risques sanitaires.

 

De nombreux organismes vivants sont contraints de migrer vers des espaces moins chauds pour assurer leur survie. Ces déplacements sont à l’origine de réactions en chaîne, où seules les espèces les plus résistantes survivent.

 

Pour en savoir plus, consultez notre article dédié aux chiffres clés du Guide Climat. Comprendre et Agir

Réduire sa consommation de plastique pour préserver la biodiversité

La situation est grave, certes, mais il est encore temps d’agir ! Chacun à son niveau peut mettre en place des bonnes pratiques pour limiter son empreinte carbone et œuvrer en faveur du climat et de la biodiversité.

 

L’une des actions les plus efficaces est de réduire sa consommation de plastique, dont une grande partie finit sa vie dans les cours d’eau et les océans. La preuve la plus édifiante se trouve dans le Pacifique Nord entre Hawaï et la Californie avec la « mer de plastique ». Un amas gigantesque de déchets plastique grand comme trois fois la France [1].

 

L’impact des microplastiques sur la santé, ainsi que sur la faune et la flore aquatique, est aussi régulièrement pointé du doigt [2]. Il est ainsi préférable d’utiliser des produits biodégradables ou réutilisables, et de troquer par exemple ses bouteilles d’eau en plastique contre une gourde.

Réduire ses déchets pour limiter son impact environnemental

Il s’agit d’un autre geste très efficace que tout le monde peut mettre en place au quotidien ! Réduire sa masse de déchets constitue donc un excellent point de départ pour commencer à diminuer son impact.

 

En 2017, selon l’ADEME (Agence de la transition écologique), les Français ont produit au total 326 millions de tonnes de déchets, soit 4,9 tonnes par habitant [3]. L’enfouissement et l’incinération de nos ordures émettent énormément de gaz à effet de serre.

 

C’est pourquoi il ne faut pas oublier de trier nos déchets afin de mieux les recycler. Mais l’idéal pour réduire notre empreinte carbone est de diminuer la quantité de nos achats, et d’allonger la durée de vie de ce que l’on possède en s’aidant de la règle des 4 R :

  1. Réfléchir. En ai-je vraiment besoin ? Puis-je m’en passer ?
  2. Réutiliser. Ai-je déjà un produit correspondant à cet usage ? Sinon, acheter d’occasion.
  3. Réparer. Faire cet effort soi-même ou chercher un artisan compétent : on peut ainsi contribuer à soutenir ou à créer une nouvelle filière d’emplois de proximité.
  4. Recycler. En dernier recours, quand on est obligé de jeter, il faut penser au recyclage
Privilégier le bio et les circuits courts

Manger des produits de saison cultivés près de chez vous permet déjà de réduire significativement son impact environnemental. Lorsque c’est possible, consommer bio permet en plus de préserver la biodiversité, en évitant le recours aux pesticides.

 

Les produits phytosanitaires sont, depuis une trentaine d’années, indirectement impliqués dans la disparition de millions d’oiseaux présents dans les milieux agricoles [4]. Graines, insectes et petits rongeurs qui composent l’alimentation des oiseaux sont en effet infectés par les pesticides et deviennent toxiques pour eux.

De la prise de conscience à l’action

Prendre conscience de la situation est un premier pas dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il faut maintenant aller plus loin : puisque nous connaissons les enjeux environnementaux, il est temps d’agir, chacun à son niveau.

 

Calculer son empreinte carbone [lien article] et se fixer des objectifs simples dans sa vie de tous les jours permet de réduire efficacement son impact écologique. L’idéal serait de réduire nos émissions de 5% par an et par personne.

 

Ces efforts permettraient de rester en dessous des 2°C de réchauffement à l’horizon 2100. Pour réussir, cette démarche doit bien évidemment être collective, mais chacun doit pouvoir faire son propre cheminement, à son rythme.

 

Pour vous aider à réduire votre impact, téléchargez ici le Guide Climat édité par AXA Prévention. Vous y trouverez de nombreuses informations sur l’état de la planète et des conseils utiles pour passer de la théorie à la pratique !