AXA Prevention

Coupures d’électricité, délestages : comment s’y préparer ?

Le gouvernement a annoncé la possibilité de réaliser des coupures temporaires d’électricité cet hiver pour faire face à une situation électrique très tendue.

Coupures d’électricité, délestages : comment s’y préparer ?

Le gouvernement a annoncé la possibilité de réaliser des coupures temporaires d’électricité cet hiver pour faire face à une situation électrique très tendue.

En fonction de la météo et notamment des vagues de froid, des pénuries d’électricité peuvent intervenir cet hiver 2022/2023. Écartant tout risque de « black-out », les pouvoirs publics préparent les Français à d’éventuels « délestages », des coupures temporaires d’électricité. Explications...

Coupures d’électricité cet hiver : de quoi parle-t-on ?

Le gouvernement l’a confirmé ces derniers jours : des « délestages » – comprendre des coupures électriques temporaires – pourront avoir lieu cet hiver 2022/2023, en raison d’une pénurie d’énergie [1].

En France, plusieurs facteurs sont à l’origine de cette pénurie annoncée, à savoir :

  • Une crise énergétique mondiale ;
  • La fermeture de plusieurs centrales de fuel et de charbon depuis 2017 ;
  • Le retard pris dans la mise en place des énergies renouvelables ;
  • La fermeture de 30 réacteurs nucléaires sur 56 (travaux, incidents divers, sécheresse…).

Tous ces éléments combinés – auxquels il faut ajouter les conditions météo et le froid - font peser un risque de forte tension sur l’électricité pour les entreprises et les ménages cet hiver. Aucun « black-out » (la perte de contrôle du système électrique) n’est cependant envisagé par l’exécutif.

Quel dispositif sera mis en place en cas de délestage ?

Les délestages ne seront mis en œuvre que si la situation électrique l’oblige, dans le but de maintenir l’intégrité du système électrique. Si c’est le cas, l’électricité sera ainsi coupée de façon ponctuelle dans un secteur donné, pour un maximum de 2 heures pendant les pics de consommation, soit :

  • Le matin entre 8 h et 13 h ;
  • Le soir entre 18 h et 20 h.

L’ensemble du territoire est concerné, mais ne sera pas touché en même temps : il s’agira de « délestages tournants ».

!

Bon à savoir

Les coupures ne sont pas autorisées durant les week-ends et durant la nuit (sauf situation exceptionnelle) et elles interviendront très rarement le soir après 20 h.

Certains services classés comme « prioritaires » ne seront pas impactés par les coupures [1]. Il s’agit des sites suivants :

  • Les hôpitaux,
  • Les services d'urgence,
  • Les commissariats et brigades de gendarmerie,
  • Les services départementaux d'incendie et de secours (SDIS),
  • Les centres pénitentiaires,
  • Certaines infrastructures de transport,
  • Les sites industriels à risque ou présentant un intérêt pour la défense nationale ou les sites indispensables à leur gestion (centres de crises d'EDF, notamment).

En cas d’urgence durant un délestage, il faudra composer le 112, seul numéro qui restera accessible, quel que soit l’opérateur.

Comment être informé d’un risque de coupure ?

Si un délestage est envisagé, la population sera prévenue 3 jours avant, avec une confirmation la veille de la coupure à 19 h 30 par les gestionnaires du réseau, RTE (Réseau de transport d’électricité) et Enedis (distribution).

 

Mise en œuvre par RTE, l’application mobile EcoWatts permet de suivre en temps réel le niveau d’électricité et d’être alerté en cas d’éventuelle coupure. L’application utilise trois types de signaux :

  • Le signal vert : la situation est normale ;
  • Le signal orange : des tensions sont signalées sur le réseau, mais aucune coupure n’est prévue pour le moment. La population et les entreprises sont incitées à mettre en place des éco-gestes (lire ci-dessous) pour réduire leur consommation et éloigner le risque de délestage ;
  • L’alerte rouge EcoWatt : indique une très forte tension sur le réseau avec un risque élevé de coupure de courant si la consommation ne diminue pas rapidement.

En plus de l’application, ces différents signaux – notamment en cas de forte tension – seront relayés par différents canaux de communication :

  • Les grands distributeurs d'électricité,
  • Les médias,
  • Des enseignes de grande distribution,
  • La Poste,
  • Des agences immobilières…
Eco-gestes : peut-on inverser la tendance ?

Selon RTE, le risque de coupure peut être évité par une baisse de la consommation comprise entre 1 et 15% selon les scénarios [2].

Un certain nombre d’éco-gestes peuvent ainsi être adoptés par la population et les entreprises [3]. Par exemple :

  • Réduire le chauffage ;
  • Éteindre les lumières inutiles ;
  • Débrancher les chargeurs ;
  • Éteindre les appareils en veille ;
  • Décaler le lave-vaisselle ou la machine à laver aux heures les plus creuses (entre 20 h et 8 h ou entre 13 h et 18 h) ;
  • Éviter les cuissons longues en cuisine ;
  • Anticiper la charge de sa voiture électrique en dehors des périodes de forte tension.

>>Pour aller plus loin, consultez notre article sur la sobriété : un enjeu pour faire face au changement climatique