AXA Prevention
  • Accueil
  • >
  • Intox Detox : la pierre d’alun est-elle plus sûre que les déodorants classiques ?

Intox Detox : la pierre d’alun est-elle plus sûre que les déodorants classiques ?

Pas si on choisit un déodorant sans aluminium.

  • Accueil
  • >
  • Intox Detox : la pierre d’alun est-elle plus sûre que les déodorants classiques ?

Intox Detox : la pierre d’alun est-elle plus sûre que les déodorants classiques ?

Pas si on choisit un déodorant sans aluminium.

Cette question fait probablement référence à la concentration des pierres d’alun et des autres déodorants en aluminium, un métal qui peut être toxique à trop forte concentration (voir notre réponse à la question « L’aluminium est-il toxique pour le système nerveux ? »). L’aluminium des déodorants a été incriminé dans l’apparition de cancers du sein, mais cette crainte n’a jamais été confirmée après plus de 15 années d’observations scientifiques.

Dans les déodorants classiques, un sel d’aluminium (en général, du chlorhydrate) est utilisé pour sa capacité à obturer les pores des aisselles et à diminuer la transpiration à cet endroit du corps. Les pierres d’alun sont soient composées de sulfate d’aluminium et de potassium (si elles sont d’origine naturelle), soit de sulfate d’aluminium et d’ammonium (si elles sont synthétiques). Elles s’utilisent mouillées, directement sur la peau des aisselles.

En octobre 2011, l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM) a publié un rapport intitulé « Évaluation du risque lié à l’utilisation de l’aluminium dans les produits cosmétiques ». Ce rapport évalue les connaissances relatives à l’absorption de l’aluminium par la peau. Il conclut en donnant deux recommandations :

  • restreindre la concentration d’aluminium dans les produits antitranspirants ou déodorants à 0,6 % (Attention, il s’agit de la concentration en aluminium, pas celle du sel d’aluminium utilisé qui est toujours plus importante (puisque le sel contient un autre élément chimique en plus de l’aluminium)) ;
  • ne pas utiliser de produits cosmétiques contenant de l’aluminium sur une peau lésée (ce qui augmente fortement l’absorption de l’aluminium). Ainsi, les produits antitranspirants ou déodorants contenant de l’aluminium ne doivent pas être utilisés après le rasage ou en cas de lésion de la peau de type microcoupures.

Dans le cas des pierres d’alun, la concentration des pierres en aluminium est de l’ordre de 5 %, donc très supérieure à 0,6 %. Mais les producteurs de pierres d’alun font valoir que la concentration en aluminium du liquide qui se dépose sur les aisselles (puisque les pierres sont trempées avant d’être utilisées) est inférieure à 0,6 %. Un producteur de pierres d’alun d’origine naturelle, les laboratoires Osma, a fait une étude dans ce sens, mais celle-ci n’a pas été confirmée de manière indépendante. Aucune étude n’est disponible pour les pierres d’alun synthétiques.

Donc, au moins en ce qui concerne l’exposition à l’aluminium, les pierres d’alun d’origine naturelle ne semblent pas plus ou moins sûres que les déodorants classiques contenant de l’aluminium, pour peu que ceux-ci en contiennent moins de 0,6 %. Dans tous les cas, pierre ou déodorant contenant de l’aluminium, ils ne doivent être utilisés que sur une peau en bonne santé, sans abrasions ou microcoupures. Dans le doute, pour plus de sécurité, certaines personnes choisissent d’utiliser un déodorant ne contenant pas d’aluminium.

Par ailleurs, certaines personnes présentent une hypersensibilité de la peau aux sels d’aluminium. Elles doivent éviter les pierres d’alun et préférer un déodorant sans aluminium.

Sources

Le rapport de l’ANSM sur l’aluminium dans les cosmétiques

L’analyse des laboratoires Osma