AXA Prevention

Limitation de vitesse et civisme : la bonne formule à vélo et en EDPM

De plus en plus nombreux en ville, vélos et EPDM enregistrent une hausse de l’accidentalité essentiellement due au non-respect de la réglementation.

Limitation de vitesse et civisme : la bonne formule à vélo et en EDPM

De plus en plus nombreux en ville, vélos et EPDM enregistrent une hausse de l’accidentalité essentiellement due au non-respect de la réglementation.

Le nombre d’accidents graves à vélo ou en EDPM augmente en France, depuis 2019, année de référence en matière de sécurité routière avant la crise sanitaire. Cette hausse est à l’image de la quantité d’usagers des mobilités alternatives à la voiture, et aux transports en commun... Pourtant, dans l’intérêt de tous, gardons en tête que les limitations de vitesse ne sont pas réservées qu’aux voitures, motos et camions.

Les usagers d’EDPM (Engin de déplacement personnel motorisé), de vélo et de vélo à assistance électrique sont eux aussi tenus de respecter certaines obligations légales. Petit rappel de la réglementation en vigueur, et des bonnes habitudes de civisme à acquérir, ou à conserver, sur la chaussée et les voies cyclables…

Limitation de vitesse : quelle réglementation pour les vélos et les EDPM ?

Qu’on se le dise : vélos et EDPM sont soumis au respect du code de la route et de la signalisation en vigueur. Les limitations de vitesse ne font évidemment pas exception !

>>Lire notre article sur le Code de la route et les obligations des cyclistes

 

Les vélos

Qu’ils soient équipés d’une assistance électrique ou non, les adeptes de la petite reine sont ainsi tenus de rouler en agglomération à la vitesse maximale de 20km/h dans les zones de rencontre, en laissant la priorité aux piétons. [5].

Bon à savoir : S’il est fortement conseillé aux cyclistes d’emprunter les bandes et pistes cyclables disponibles, il ne s’agit pas systématiquement d’une obligation, selon la commune où l’on se trouve. Si la piste cyclable est signalée par un panneau rond, elle est obligatoire, si c’est un panneau carré, elle est simplement recommandée.

>>Découvrez notre web-série sur les bienfaits et la sécurité à vélo, présentée par Stéphane Bern

 

Les EDPM

Les EDPM (trottinettes électriques, gyropodes, hoverboards et monoroues) font l’objet d’une réglementation spécifique depuis le 25 octobre 2019. Interdit aux moins de 12 ans, l’usage d’un EDPM est également soumis aux limitations de vitesse en vigueur en agglomération(*).

Leurs conducteurs doivent obligatoirement utiliser les pistes cyclables lorsqu’il y en a. Ils sont également tenus de ne pas circuler sur les trottoirs (certaines localités les autorisent à condition de respecter l’allure au pas) [6].

Vélos et EDPM : la fréquentation et l’accidentalité en hausse

Sur fond de crise sanitaire et environnementale, le nombre d’usagers des mobilités actives et moins polluantes a augmenté de façon significative ces dernières années.

>>Découvrez notre article sur la place des mobilités actives dans le Baromètre AXA Prévention 2022

D’après le dernier bulletin de fréquentation publié par Vélo & Territoire, entre janvier et septembre 2022, la pratique du vélo a augmenté de 11% par rapport à 2021. Elle a même augmenté de 33% par rapport à 2019, année de référence avant Covid [1].

Dans le même temps, la Fédération des professionnels de la micro-mobilité (FP2M) annonce une augmentation de 42% des ventes de trottinettes électriques en 2021, avec plus de 900 000 unités vendues [2].

En toute logique, ces augmentations du nombre d’usagers se ressentent sur les chiffres de l’accidentologie. Dans son bilan 2021 de la sécurité routière publié le 12 septembre 2022, l’ONISR(**) révèle les deux données suivantes [3] :

  • Une augmentation du nombre de cyclistes tués sur les routes avec 227 morts en 2021, soit 40 de plus qu’en 2019 (+21%) ;
  • Une augmentation du nombre de tués en EDPM avec 24 morts en 2021 contre 10 en 2019.

Si les cyclistes sont surtout victimes de la vitesse des véhicules motorisés (notamment hors agglomération), les accidents impliquant des EDPM semblent essentiellement liés à des comportements à risque.

Publiée en octobre 2020, une étude sur les risques et l’accidentalité des EDPM réalisée par Assurance Prévention indiquait que 68% des accidents étaient dus au non-respect du Code de la route et se répartissaient comme suit [4] :

  • 40% sont dus à des excès de vitesse ;
  • 30% sont dus à la circulation sur les trottoirs.
Sécurité routière et port du casque : pas obligatoire mais indispensable

À vélo, comme en EDPM, le port du casque n’est pas obligatoire (sauf à vélo pour les enfants de moins de 12 ans). Il est cependant très fortement recommandé, les traumatismes crâniens représentant la première cause de décès des cyclistes [7].

D’après le Baromètre AXA Prévention 2022, 74% des cyclistes pensent que cet équipement devrait être obligatoire. Son usage doit être évidemment complété par le respect des règles de sécurité, aussi bien à vélo qu’en EDPM !

Gardez à l’esprit que le meilleur moyen de réduire le risque d’accident est d’adapter votre vitesse aux conditions de circulation, et de respecter les règles… Des bonnes pratiques à (ré)adopter, en ce mois de rentrée !

>>Lisez nos articles sur la sécurité à vélo en ville, hors agglomération et pour les enfants

(*) Hors agglomération, l’utilisation des EDPM est limitée aux voies vertes et aux pistes cyclables.

(**) Observatoire national interministériel de la sécurité routière.