AXA Prevention
  • Accueil
  • >
  • Pair-aidance : un accompagnement basé sur l’entraide et le partage

Pair-aidance : un accompagnement basé sur l’entraide et le partage

Le concept de pair-aidance repose sur un constat simple : un vécu similaire, des expériences communes peuvent devenir un terreau favorable à l’entraide.

  • Accueil
  • >
  • Pair-aidance : un accompagnement basé sur l’entraide et le partage

Pair-aidance : un accompagnement basé sur l’entraide et le partage

Le concept de pair-aidance repose sur un constat simple : un vécu similaire, des expériences communes peuvent devenir un terreau favorable à l’entraide.

Faire face à la maladie mentale ou chronique et au handicap, avec la pair-aidance

Dans la majorité des cas, les pairs-aidants souffrent ou ont souffert d’une même maladie, somatique ou psychique. La pair-aidance peut également être utilisée pour soutenir des pairs ayant un parcours de vie particulier : addictions, proches d’une personne malade ou en perte d’autonomie…

Chacun partage son expérience, pour tenter d’améliorer mutuellement sa qualité de vie grâce aux bienfaits de la parole et de l’écoute.

L’organisation d’entraide des Alcooliques Anonymes est l’exemple le plus connu du principe de l’aidance entre pairs. Les participants traversent tous la même épreuve, et sont à des stades différents de la guérison. En échangeant sur leurs problématiques régulièrement lors de groupes de paroles, ils se soutiennent, se conseillent et s’encouragent mutuellement.

En France, plusieurs structures s’appuient sur le concept de pair-aidance :

Les Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM) : des associations de pair-aidance portées par les usagers de santé mentale

À la fin de la Seconde guerre mondiale, certains hôpitaux psychiatriques ont mis en place au sein de leur structure des clubs d’usagers, où les patients pratiquaient des activités et apprenaient à se responsabiliser entre eux. Ces clubs étaient les ancêtres des GEM (Groupes d’Entraide Mutuelle) actuels, apparus officiellement en 2005 en France.

Aujourd’hui, on dénombre plus de 350 GEM et 15 000 adhérents répartis sur l’ensemble du territoire. Ces groupes auto-gérés et non médicalisés sont ouverts aux personnes en situation de handicap psychique et/ou cognitif. Ils permettent aux usagers de s’entraider, de créer des liens et d’organiser des activités ensemble.

Les Clubhouses : un modèle de réhabilitation psychosociale reposant sur la pair-aidance

Apparus aux États-Unis dans les années 40, les Clubhouses sont des lieux d’activités de jour non médicalisés, créés pour et avec des usagers en santé mentale. Sur place, les personnes atteintes de maladies psychiques peuvent s’entraider, s’accompagner et préparer ensemble leur projet de réinsertion professionnelle.

Le premier Clubhouse français a ouvert ses portes en novembre 2011, à Paris. On retrouve aujourd’hui des Clubhouses dans plusieurs grandes villes de France.

Les associations d’usagers : une pair-aidance parfois informelle

De nombreuses associations en France accompagnent les usagers et leurs proches, et favorisent l’aidance entre pairs de manière plus ou moins structurée.

La pair-aidance, un soutien réconfortant pour les aidants

La notion de pair-aidance se retrouve également dans le cadre de groupes de paroles d’aidants. Accompagner un proche au quotidien génère souvent de nombreux questionnements. Un besoin de se confier sur ses doutes et de rompre l’isolement peut apparaître au fil des mois… Dans ces moments-là, l’aidant peut trouver une écoute réconfortante auprès d’autres personnes partageant la même expérience.

>>Consultez notre article sur la sur-représentativités des femmes dans le rôle d’aidant

Médiateurs de santé-pairs (MSP) : un parcours de professionnalisation dans le domaine de l’aide

Le statut de pair-aidants salarié est très répandu dans les services hospitaliers de santé mentale des pays anglo-saxons, véritables précurseurs dans le domaine. Côté France, la pair-aidance est le plus souvent synonyme de bénévolat. Mais depuis quelques années, l’idée de professionnaliser cette fonction fait son chemin, et des recrutements de médiateurs de santé-pairs ont été effectués dans certaines structures médico-sociales.

En parallèle, des formations dans ce domaine font leur apparition, afin de permettre aux utilisateurs des services de santé mentale qui le souhaitent de se reconvertir dans le domaine de l’aide et de la médiation en santé mentale. Le cursus, en deux ans, permet de valider un Diplôme Universitaire (DU médiateur de santé-pair). Les médiateurs ainsi formés sont intégrés dans les équipes de santé mentale, où ils soutiennent, accompagnent et conseillent les usagers…

 On se résume ? La pair-aidance bouge, pour le mieux-être bien des Français. Des initiatives à saluer, et à diffuser autour de soi, pour permettre à un maximum de personnes concernées d’en bénéficier.

Sources

https://centre-ressource-rehabilitation.org/revoir-le-colloque-unafam-2022-la-pair-aidance-une-pratique-en-plein-essor

https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/contenu/piece-jointe/2017/03/note_pair_aidance_-_document_de_travail.pdf

https://www.solidarites-usagerspsy.fr/s-engager/les-pairs-aidants/les-mediateurs-de-sante-pairs-en-france/

https://www.sante-sur-le-net.com/nouveau-metier-mediateur-de-sante-pair/

https://centre-ressource-rehabilitation.org/pair-aidance

https://www.solidarites-usagerspsy.fr/s-engager/les-pairs-aidants/les-pair-aidants-a-l-etranger/