AXA Prevention
  • Accueil
  • >
  • La spiruline peut-elle remplacer la viande ?

La spiruline peut-elle remplacer la viande ?

Oui mais seulement en partie.

  • Accueil
  • >
  • La spiruline peut-elle remplacer la viande ?

La spiruline peut-elle remplacer la viande ?

Oui mais seulement en partie.

La spiruline, effectivement très riche en protéines

Selon les tables Ciqual (composition des aliments, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, Anses), 100 g de spiruline séchée contiennent 57,5 g de protéines. Pour comparaison, 100 g de steak de bœuf cru contiennent 19,2 g de protéines (24 g pour la viande cuite, du fait de la perte d’eau lors de la cuisson).

Par ailleurs, la spiruline est moins grasse que la viande de bœuf : 7,7 g de lipides pour 100 g contre 16,2 pour le bœuf.

Les protéines de la spiruline, un peu moins chères que celle de la viande

En terme de budget, les protéines de la spiruline s’avèrent un peu moins chères que la viande : 0,06 €/g de protéines (sur la base d’une poudre à 35 €/kg) contre 0,1 €/g de protéines (sur la base d’un steak à 20 €/kg). Le coût environnemental est également à prendre en compte. L’élevage d’animaux de rente consomme de grandes ressources en terme de terres et d’eau, et exige l’usage de produits phytosanitaires et vétérinaires

Nos besoins en protéines exprimés en spiruline

Pour un adulte en bonne santé, on estime que l’apport journalier en protéines doit être de 0,8 g par kg de poids et par jour. Par exemple, une femme pesant 55 kg devrait consommer 44 g de protéines par jour. Cet apport est en général couvert par la viande, les œufs, le fromage et autres produits laitiers, et les légumineuses (haricots, lentilles, etc.).

Pour couvrir ses besoins, cette femme pourrait opter pour 180 g/jour de viande de bœuf cuite (229 g de viande crue) ou 77 g/jour de spiruline séchée, ce qui représente une trentaine de cuillères à café de poudre. Mais cette dernière option n’est pas recommandée. Pourquoi ?

Le souci d’un excès de caroténoïdes

Les caroténoïdes, dont le bêta-carotène, sont des précurseurs de la vitamine A. Les nutritionnistes recommandent de ne pas consommer plus de 20 mg de bêta-carotène par jour, en particulier chez les fumeurs chez qui un excès de bêta-carotène multiplie par 5 le risque de cancer du poumon.

Selon l’Anses, la consommation de 5 g de spiruline apporte de 7 à 8,5 mg de bêta-carotène. Dans l’exemple précédent, 77 g/jour de spiruline apporterait donc entre 108 et 131 mg/jour de bêta-carotène, ce qui est bien au-delà des 20 mg/jour à ne pas dépasser. Pour respecter les recommandations de l’Anses, il ne faut pas dépasser une consommation quotidienne de spiruline de 12 à 15 g, représentant un apport de protéines de 7 à 8,6 g/jour (soit entre 15 et 20 % de l’apport protéique total recommandé pour notre exemple féminin).

Diversifier les sources de protéines végétales

La spiruline peut donc remplacer la viande et les protéines d’origine animale mais seulement à hauteur de 15 à 20 % des besoins quotidiens en protéines. Le reste des besoins doit être couvert par les légumineuses, le soja et ses produits dérivés, le seitan (gluten de blé) ou, pour les végétariens, les œufs, les produits laitiers, le fromage.

Choisir une spiruline de qualité pour éviter les effets indésirables

Après étude des effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de spiruline (essentiellement des troubles digestifs) en Europe et au Canada, l'Anses a indiqué dans un avis que la spiruline ne semblait pas présenter de risque sanitaire à faibles doses (jusqu’à plusieurs grammes par jour chez l’adulte).
Cependant, l'Anses a rappelé que les produits contenant de la spiruline pouvaient être contaminés par des cyanotoxines, des bactéries ou des métaux lourds (plomb, mercure, arsenic). La vigilance sur la source est donc de mise lors d’un achat de spiruline.

Enfin, l’Anses a insisté sur le fait que, chez les personnes végétariennes et végan, la spiruline n’est pas une source suffisante de vitamine B12 (habituellement apportée par les produits d’origine animale). Une supplémentation en vitamine B12 de synthèse est donc indispensable.