AXA Prevention

Tabac : la consommation en hausse chez les femmes

Après une baisse de grande d’ampleur du tabagisme constatée entre 2014 et 2019, le nombre de fumeurs, et notamment de fumeuses, est en augmentation. Explications.

Tabac : la consommation en hausse chez les femmes

Après une baisse de grande d’ampleur du tabagisme constatée entre 2014 et 2019, le nombre de fumeurs, et notamment de fumeuses, est en augmentation. Explications.

D’après le dernier Baromètre de Santé Publique France publié le 13 décembre 2022, le tabagisme connaît une hausse chez les femmes et les personnes les moins diplômées ces deux dernières années. Une conséquence indirecte de la crise sanitaire, révélatrice des inégalités sociales.

!

15 millions de fumeurs

En France, selon l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT), le nombre de fumeurs est estimé à 15 millions, dont 12 millions qui consomment quotidiennement des cigarettes [1].

Tabac : la consommation de cigarettes en augmentation chez les femmes

L’impact de la crise sanitaire sur la société française se fait sentir dans de nombreux domaines. D’après le dernier Baromètre publié par Santé Publique France le 13 décembre 2022, la hausse du tabagisme fait partie des conséquences indirectes de la pandémie [2].

En effet, après une baisse significative de la consommation de cigarettes constatée entre 2014 et 2019, le nombre de fumeurs repart à la hausse depuis l’apparition de la Covid 19.

L’enquête de Santé Publique France révèle les données suivantes pour 2021 :

  • Près de 32% des Français âgés de 18 à 75 ans ont déclaré avoir fumé en 2021, contre 30,4% en 2019 ;
  • Un quart des 18-75 ans déclarent consommer quotidiennement des cigarettes.

Les femmes âgées de 18 à 75 ans sont les plus impactées par cette hausse du tabagisme : 20,7% d’entre elles déclaraient être fumeuses en 2019, contre 23% en 2021. Un phénomène qui s’explique en partie par un stress élevé en temps de crise sanitaire, la cigarette étant utilisée comme un outil de gestion de l’anxiété

Les femmes ont particulièrement subi les effets collatéraux de la crise, avec une augmentation de la charge mentale et une forte dégradation de leurs conditions de travail, voire la perte de leur emploi [3] [4].

Tabagisme : quelles conséquences sur la santé des femmes ?

Toute hausse de la consommation de tabac constitue un véritable enjeu de santé publique. Source de multiples pathologies, le tabagisme tue en moyenne un fumeur régulier sur deux [5].

Chaque bouffée est constituée de milliers de substances toxiques qui se traduisent généralement par les maladies suivantes :

  • Le cancer, dont un cas sur trois en moyenne est dû au tabac, notamment celui du poumon (mais aussi de la gorge, de la bouche, du pancréas, du sein…) ;
  • Les maladies cardio-vasculaires (infarctus, AVC, anévrisme, hypertension…) ;
  • Les maladies respiratoires...

Il existe également d’autres pathologies causées ou aggravées par le tabac et le tabagisme passif, notamment centrées sur la sphère ORL, la dentition, l’appareil digestif, l’épiderme… 

Le fait de fumer pendant la grossesse présente également des risques multiples (grossesse extra-utérine, risque de fausse-couche, d’accouchement prématuré…).

>>Pour aller plus loin, découvrez notre article sur Octobre Rose

La cigarette, révélatrice des inégalités sociales et territoriales

Outre les femmes, la hausse du tabac constatée à travers le Baromètre de Santé Publique France concerne également les populations les moins diplômées (niveau inférieur au bac), également très touchées par les conséquences économiques et sociales de la pandémie.

Le nombre de fumeurs de cette catégorie est ainsi passé de 29 à 32 % entre 2019 et 2021 [2]. En matière de consommation de cigarettes, Santé Publique France observe par ailleurs un écart très conséquent (15 points) entre les personnes les moins diplômées et les titulaires d’un diplôme supérieur.

Les inégalités ne s’arrêtent pas au niveau d’études, elles se constatent aussi en termes géographiques. En 2021, le nombre de fumeurs varie considérablement d’une région à l’autre :

  • L’Île-de-France et les Pays de la Loire enregistrent le plus faible taux de tabagisme avec 22% de fumeurs ;
  • Avec 29% de fumeurs déclarés, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur affiche le taux le plus élevé, suivie de près par l’Occitanie avec 28%.
Où trouver de l’aide pour arrêter de fumer ?

Si le fait d’arrêter de fumer est souvent plus facile à dire qu’à faire pour de nombreux fumeurs, celles et ceux qui souhaitent se passer du tabac une bonne fois pour toutes peuvent trouver de l’aide de différentes façons :

  • Le site tabac-info-service.fr propose de nombreuses ressources en ligne ;
  • Le 39 89, numéro de téléphone dédié, permet d’obtenir un accompagnement personnalisé et gratuit avec un tabacologue ;
  • Une application d’e-coaching anti-tabac à télécharger pour vous aider à arrêter de fumer étape par étape.

N’hésitez pas à vous tourner vers votre médecin traitant pour être accompagné dans votre démarche.