AXA Prevention

Diarrhées de l'adulte

La diarrhée se manifeste par des selles liquides plus de trois fois par jour. La plupart du temps, il ne s'agit que d'un mauvais moment à passer. Néanmoins, pour éviter un risque de déshydratation, il ne faut pas négliger un épisode de diarrhée.

Diarrhées de l'adulte

La diarrhée se manifeste par des selles liquides plus de trois fois par jour. La plupart du temps, il ne s'agit que d'un mauvais moment à passer. Néanmoins, pour éviter un risque de déshydratation, il ne faut pas négliger un épisode de diarrhée.

Quels sont les symptômes de la diarrhée ?

La diarrhée aiguë provoque l'évacuation fréquente de selles liquides, parfois mêlées de sang ou de glaires, et peut aller de pair avec des crampes, de la fièvre et une faiblesse générale. Les selles peuvent être vertes ou noires (présence de sang digéré). Elle survient d'ordinaire brusquement et prend fin spontanément au bout de deux ou trois jours. Dans certains cas, la diarrhée est chronique et s'installe pendant des semaines, voire des mois.

Quelles sont les complications éventuelles de la diarrhée ?

Une diarrhée abondante peut provoquer rapidement une déshydratation, surtout chez les enfants et les personnes âgées.
Lorsque la diarrhée est chronique, elle peut provoquer une dénutrition, les éléments nutritifs n'ayant pas le temps d'être absorbés par les intestins. Les signes dépendent de la cause et les troubles peuvent provoquer selon les cas un amaigrissement, une faiblesse générale, la sécheresse des cheveux, des ongles et de la peau, ainsi qu'une rétention d'eau.

Quelles sont les causes de la diarrhée ?

La diarrhée aiguë est fréquemment due à une infection des intestins par des virus (comme la gastro-entérite virale). Au cours de la maladie, les intestins sécrètent de l'eau qui se mélange aux aliments en cours de digestion. La plupart des infections causant des diarrhées se révèlent anodines. En voyage, le changement de type d'alimentation (notamment les épices) peut être à l'origine de diarrhées, ainsi que le stress du voyage sur le corps (décalage horaire, modifications des habitudes, etc.) ou sur le psychisme (le voyage est parfois cause d'anxiété, notamment chez les néophytes). De plus, certains médicaments, ainsi que les intolérances alimentaires (et plus rarement, les allergies alimentaires) peuvent provoquer une diarrhée.

Les intestins se contractent anormalement, accélérant le transit, et l'eau contenue dans les selles n'a pas le temps d'être réabsorbée comme c'est le cas habituellement. Le même phénomène se produit quelquefois lors de la pratique d'un sport. Le sang, irriguant en priorité les muscles, ne permet pas aux intestins d'absorber correctement l'eau des aliments digérés. Les selles sont alors molles, voire liquides.

La diarrhée est plus rarement la conséquence d'une inflammation chronique de l'intestin, de troubles hormonaux, d'une incapacité de l'intestin à absorber certaines substances ou d'un transit trop actif.

Comment prévenir la diarrhée ?

Respectez les règles d'hygiène de base : se laver les mains plusieurs fois par jour, avant de préparer un repas, avant de passer à table et après être allé aux toilettes ; nettoyer régulièrement les lieux de stockage des aliments (réfrigérateur, garde-manger, cave, etc.).

Dans un pays où le niveau d'hygiène est faible, prenez garde à ce que vous mangez et buvez. En particulier, il faut être vigilant sur le lavage des mains, l'eau de boisson (encapsulée ou traitée), les plats crus, froids ou réchauffés qu'il est préférable d'éviter, ainsi que le lavage et l'épluchage systématique des fruits et légumes. Même si elles semblent évidentes, ces règles d'hygiène ne sont pas toujours faciles à respecter tout au long d'un séjour. Gardez à l'esprit la règle " Faites-le cuire, faites-le bouillir, épluchez-le ou évitez-le !"​

Attention aux aliments à haut risque :

- eau du robinet et glaçons (faits généralement avec de l'eau du robinet) ;
- aliments à température ambiante, plats réchauffés, viande froide, crue ou peu cuite ;
- oeufs coque, mollets ou en omelette ;
- produits laitiers non pasteurisés ou non operculés (lait, yaourt, fromages, beurre cru, crème fraîche, etc.) ;
- poissons, coquillages ou crustacés froids ou crus ;
- crudités, fruits ou légumes non pelés ou servis déjà pelés ;
- jus de fruits ;
- sauces froides, crème dessert, glaces et pâtisseries.​

Comment réagir en cas de diarrhée ?

Absorbez beaucoup de liquide légèrement salé et sucré (une demi-cuillerée à café de sel et quatre de sucre pour un litre d'eau) pour compenser les pertes et prévenir une déshydratation. Buvez du thé sucré, du bouillon, des jus de fruits ou certains sodas (colas).

Pendant la phase aiguë de la diarrhée, ménagez vos intestins et adoptez un régime anti-diarrhée : biscottes, soupes, riz, compotes, bananes, etc. Il faut manger car le corps a besoin de compenser les pertes.

Ne prolongez pas la prise de médicaments qui ralentissent ou diminuent l'activité de l'intestin, erreur souvent commise au cours d'un voyage. Vous risqueriez d'être très constipé.​

Les traitements de la diarrhée chez l'adulte

En cas de diarrhée, la réhydratation par voie orale est primordiale. Chez les personnes âgées, comme chez les nourrissons, les sachets de réhydratation orale permettent d'enrayer la déshydratation. Les sachets de soluté de réhydratation sont disponibles en pharmacie, même dans les pays tropicaux. Parfois, il est nécessaire de prescrire un traitement antibiotique. Il existe par ailleurs plusieurs catégories d'antidiarrhéiques pour adultes.

Les ralentisseurs du transit intestinal : ce sont essentiellement les antidiarrhéiques à base de lopéramide. Certains conditionnements sont vendus sans ordonnance. Respectez la posologie recommandée par votre médecin ou votre pharmacien, et ne poursuivez pas le traitement pendant plus de deux jours sans avis médical. Ces médicaments sont déconseillés si la diarrhée s'accompagne de fièvre, de douleurs abdominales ou de sang dans les selles. Ces produits devraient être réservés aux situations " de crise " (avion ou bus à prendre, réunions importantes, examen, etc.) car ils peuvent entraîner des constipations secondaires parfois plus gênantes que la diarrhée elle-même voire, dans certains cas rares, des complications graves.

Les antisécrétoires intestinaux comme le racécadotril ont une efficacité prouvée et un intérêt dans le cas de diarrhées très liquides.

Les antiseptiques intestinaux agissent localement sur les bactéries responsables de la diarrhée. Certaines présentations sont vendues sans ordonnance mais, en l'absence de la démonstration réelle de leur efficacité, il est difficile de les recommander. Ils sont sans effet sur les virus et les parasites.

Les antidiarrhéiques dits d'origine microbienne visent à restaurer la flore intestinale. Ils constituent un traitement d'appoint.

D'autres produits contiennent de l'argile ou du charbon et peuvent être utiles en cas de douleurs associées à la diarrhée.