Véhicule propre : comprendre et choisir sa voiture
AXA Prevention

Véhicule propre : quels enjeux, quelles réalités ?

À l’instar des constructeurs automobiles, le gouvernement, qui tente de tenir la pro-messe présidentielle de rendre les véhicules électriques plus accessibles, cherche à développer le véhicule propre. Objectifs : réduire les émissions de gaz à effet de serre, limiter la dépendance énergétique et améliorer la qualité de l’air en ville. AXA Prévention vous propose un point complet sur cet enjeu majeur et vous aide à choisir votre future voiture.

Véhicule propre : quels enjeux, quelles réalités ?

À l’instar des constructeurs automobiles, le gouvernement, qui tente de tenir la pro-messe présidentielle de rendre les véhicules électriques plus accessibles, cherche à développer le véhicule propre. Objectifs : réduire les émissions de gaz à effet de serre, limiter la dépendance énergétique et améliorer la qualité de l’air en ville. AXA Prévention vous propose un point complet sur cet enjeu majeur et vous aide à choisir votre future voiture.

!

Le chiffre

La part des voitures neuves électriques et hybrides rechargeables est passée de 3% en 2019 à 11% en 2020 (+ 8 points). [1]

Véhicules propres : constats et chiffres

Entre 2019 et 2020, on observe une baisse des émissions moyennes de CO2 des voitures immatriculées : 96,8 g/km au lieu de 111,5g/km. Elle s’explique en partie par le nombre croissant de voitures électriques et d’hybrides rechargeables.

Au 1er avril 2020, 312 767 véhicules électriques et hybrides rechargeables circulent en France. [1]

Phénomène de mode ou tendance de fond, cet essor est soutenu par les mesures incitatives mises en place par le gouvernement pour encourager l’achat d’un véhicule propre à faibles émissions de CO2. Vous pouvez en effet bénéficier d’une aide si vous achetez une voiture à essence ou diesel qui émet moins de 132g de CO2. Et à ces mesures, s’ajoute la nouvelle réglementation européenne qui interdit les voitures neuves émettant du CO2 d’ici à 2035.

Cependant, même s’il y a plus de véhicules propres, on assiste très régulièrement à des dépassements des valeurs limites des polluants atmosphériques comme les oxydes d’azote. Des zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m), qui reposent sur le système des vignettes Crit’Air, ont donc été instaurées dans les zones les plus polluées (Grand Paris, Grenoble, Lyon, Rouen…). Elles sont uniquement accessibles aux véhicules les moins polluants et représentent un moyen efficace pour limiter l’exposition de la population locale.

>>Pour en savoir plus, parcourez notre article sur la pollution atmosphérique et comment se protéger des pics.

L’engagement de l’État pour le véhicule propre

En France, 38 % des émissions de CO2 sont dues aux transports.

Avec l’Accord de Paris et le Plan climat, l’État soutient le véhicule propre et a notamment fixé la fin de la vente de voitures particulières et de véhicules utilitaires légers neufs utilisant des énergies fossiles à 2040.

Voici quelques-uns des dispositifs vertueux mis en place :

Le bonus / malus écologique

Le gouvernement souhaite, via un bonus, favoriser l’acquisition et la location de véhicules peu émetteurs de CO2 et via un malus, décourager l’achat de modèles plus polluants. Des mesures qui poussent également les constructeurs automobiles à accélérer leur R&D pour mettre sur le marché des véhicules de plus en plus propres.

La prime à la conversion

Vous vous séparez de votre véhicule polluant (véhicule essence immatriculé avant 1997 ou diesel immatriculé avant 2006) ? L’État vous « sponsorise » pour acheter ou louer une voiture neuve ou d’occasion peu polluante. Vous pouvez cumuler bonus écologique et prime à la conversion.

L'abattement de l’avantage en nature

Vous conduisez dans le cadre de votre activité professionnelle ? Vous pouvez bénéficier d’un abattement de 50% (dans la limite de 1800€ par an) pour le calcul de l’avantage en nature déclaré lié à l’achat d’une voiture électrique.

Le verdissement des flottes de véhicules

Enfin, pour les professionnels (entités publiques, entreprises privées, centrales de réservation de taxis, VTC, plateformes de livraison…), un certain nombre de mesures facilitent l’achat de Véhicules à Faibles Émissions (VFE). En contrepartie, ces professionnels sont invités à partager publiquement et régulièrement leurs données pour un suivi en temps réel.

Zoom sur la voiture électrique, le véhicule propre le plus vendu

Alors que la vente des voitures électriques particulières a bondi entre 2019 et 2020 (+146%), le gouvernement rappelle tous ses avantages.

Elle est effectivement :

Moins chère :

  • il faut dépenser 2 à 3€ pour parcourir 100 km contre 6 à 8€ avec un véhicule thermique,
  • l’État offre jusqu’à 11000€ d’aide à l’achat ce qui permet de faire des économies,

Plus pratique :

  • elle se recharge dans 90% des cas à domicile ou au travail dans un des 29000 points ouverts au public,
  • elle peut rouler entre 200 et 600 km en totale autonomie,

Plus écologique :

  • elle est 2 à 6 fois moins polluante qu’un véhicule thermique sur l’ensemble de son cycle de vie,
  • 80% des composants des batteries lithium sont déjà recyclables,

Plus silencieuse puisque son bruit est le même en nombre de décibels que celui d’un lave-vaisselle.

Vous hésitez à vous lancer ? Découvrez une mine d’informations sur ce site dédié aux véhicules propres et électriques : https://www.je-roule-en-electrique.fr/.

Les infrastructures de recharge pour les véhicules propres

L’une des craintes, lors de l’acquisition d’un véhicule propre, est la difficulté à trouver une borne de recharge. Bonne nouvelle : celles-ci vont se multiplier.

Au niveau européen, la directive AFID a fixé des exigences pour la mise en place d’infrastructures de recharge pour les véhicules électriques et des points de ravitaillement en gaz naturel (GNL et GNC) et en hydrogène.

Au niveau national, la PPE, Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, a défini ses projets de déploiement pour 2023 et pour 2028 de points de recharge électrique, de ravitaillement en gaz (GNV, bioGNV et GNL marin) et de ravitaillement en hydrogène.

Et le gouvernement a mis en place des aides financières et des mesures législatives et réglementaires pour atteindre les objectifs suivants : 100 000 points de charge ouverts au public en 2023 et 7 millions de points de charge publics et privés d’ici à 2030.

>>En attendant d’acheter votre véhicule électrique ou hybride, (re)lisez notre article sur l’éco-conduite et nos conseils pour apprendre à rouler propre. 

Sources

[1] https://www.ecologie.gouv.fr/developper-lautomobile-propre-et-voitures-electriques