Le 18e baromètre du comportement des Français sur la route, réalisé à l’initiative d’AXA Prévention, met en avant deux tendances qui s’opposent du point de vue du rapport à la responsabilité...

Tout d’abord, l’usage du smartphone et les excès de vitesse – dangereux pour tous les usagers - connaissent une hausse significative. Dans le même temps, et c’est une bonne nouvelle : les Français semblent prêts à changer leurs habitudes de déplacement pour préserver la planète.

Téléchargez le communiqué de presse

Smartphone au volant, une tendance toujours plus marquée

Si les Français semblent majoritairement prêts à changer leurs habitudes de transports, les attitudes au volant ou au guidon sont bien moins positives. En premier lieu des comportements à risques ? L’usage du smartphone en conduisant.

 

Ce dernier prend toujours plus de place dans nos vies, et nos modes de transport ne font pas exception. La tendance atteint même des niveaux jamais vus. Selon les témoignages recueillis par AXA Prévention, 8 automobilistes sur 10 déclarent ainsi utiliser leur téléphone tout en conduisant. Ils étaient déjà près de 7 sur 10, en 2021.

 

Et tous les usages y passent :

 

  • appels (52 %),
  • paramétrage du GPS (45 %),
  • lecture ou rédaction de message (34 %),
  • consultation de notifications (24 %),
  • publication de stories sur les réseaux sociaux (8 %).

 

Même la vie professionnelle trouve un prolongement en voiture : l’envoi d’emails (15 %) et les réunions de travail (6 %) se font désormais en conduisant.

 

->consultez notre article sur le comportement des conducteurs lors des déplacements professionnels

Les conducteurs de 2-roues motorisés et de vélos ou trottinettes également concernés par les comportements dangereux

Les motards et les scootéristes sont plus raisonnables, puisqu’ils sont 46 % à faire usage de leur mobile sur la route, mais là aussi, ce chiffre est en forte augmentation (+ 9 points en un an).

 

Les mobilités actives sont également impactées… C’est même chez les cyclistes que la hausse est la plus spectaculaire : 72 %, avec + 14 pts en un an.

 

À noter toutefois le gouffre qui sépare les propriétaires de vélo et ceux qui louent leur monture. Les premiers cités sont beaucoup plus pondérés quant à l’usage de leur écran. Un exemple : 8 % d’entre eux déclarent regarder des vidéos ou des séries sur leur deux-roues, quand les locataires sont 69 % à le faire.

 

Les comportements les plus préoccupants reviennent toutefois aux usagers de trottinettes. Malgré une baisse de trois points, ils sont 84 % à avoir régulièrement les yeux scotchés sur leur écran tout en se déplaçant…

 

Ces chiffres doivent nous inciter à ouvrir le dialogue avec nos proches concernés, ou à revoir nos propres habitudes : une conversation au volant avec ou sans kit mains libres, c’est trois fois plus de risque d’avoir un accident. Quant à la lecture d’un message, elle fait passer ce chiffre à 23 !

Des vitesses excessives partout, la ville la plus touchée

Ni la mise en place du permis à points il y a trente ans (1992) ni l’arrivée massive des radars automatiques sur les routes de l’Hexagone en 2003 n’ont véritablement freiné les automobilistes français.

Cette année encore, ils sont près de 8 sur 10 (79 %) à déclarer ne pas respecter les limitations de vitesse, quel que soit le type de route empruntée. Un phénomène qui grimpe de cinq points par rapport à 2021.

 

Et ce constat est particulièrement inquiétant en ville. Alors que 250 villes ont déjà abaissé la limitation de vitesse intramuros à 30 km/h, et que beaucoup d’autres vont sans doute appliquer cette mesure, 72 % des conducteurs avouent ne pas respecter ces zones, un chiffre en forte hausse par rapport à 2021 (+ 9). Près d’un tiers des répondants déclarent rouler à 65 km/h en agglomération, là aussi un chiffre en progression de plus de 5 points.

Privilégier les mobilités actives, une idée qui fait son chemin…

21 % des émissions de gaz à effet de serre émanent de nos modes de transport. C’est significatif, mais c’est un point sur lequel tout un chacun peut agir, individuellement, en faveur de l’environnement.

 

Les comportements vont donc dans le bon sens : les Français qui le peuvent semblent prêts à fournir des efforts dans leurs mobilités, qu’il s’agisse de les réduire, ou de délaisser la sacro-sainte voiture et d’opter pour un moyen de locomotion propre.

 

->consulter notre article sur les bienfaits de l’usage du vélo pour l’environnement

 

Et ce sont même près de 70 % des automobilistes qui se disent favorables à une évolution de leur mode de déplacement, révèle le Baromètre AXA Prévention.

 

La pandémie de Covid-19 a servi de déclic quant à l’usage des transports actifs et deux ans plus tard, la tendance perdure : la marche, le vélo, la trottinette sont de plus en plus plébiscités. 32 % des individus privilégient déjà l’un de ces modes de déplacements actifs.

 

Mieux, près de 2 Français sur 3 se déclarent prêts à changer leurs habitudes, bien aidés en cela par le développement des pistes cyclables sécurisées. Sans oublier que faire un geste pour la planète, c’est aussi se faire du bien ! 30 minutes de vélo par jour, c’est non seulement bon pour l’environnement, mais c’est aussi une santé meilleure, et donc un gain d’espérance de vie.

 

->consultez notre article sur les bienfaits du vélo sur notre santé

 

 

Une certaine ambivalence ressort donc du Baromètre AXA Prévention 2022 du comportement routier des Français. Si la prise de conscience écologique semble bel et bien en marche, le grand chantier de demain concerne sans doute l’usage du smartphone au volant : ce compagnon si présent dans nos vies est désormais mis en cause plus souvent que l’alcool, dans les accidents de la route.

Sources

Communiqué de presse Baromètre AXA Prévention 2022

Lire la suite