En France, selon les études, on estime que 16 à 25 % des plus de 70 ans se sentent seuls. Les principales raisons de cet isolement sont la mort du conjoint, l'éloignement des enfants et la perte d'autonomie. Des sentiments dépressifs et une précarité économique peuvent aussi engendrer une impression de solitude.

L’isolement, une impression d’être incompris

Chez les personnes âgées, le sentiment de solitude ne correspond pas toujours à l'absence de proches. Une étude menée récemment dans la ville de Nantes a observé qu'environ les trois-quarts des séniors déclarant se sentir seuls ne le sont pas réellement. Dans leur cas, l'isolement est plutôt lié à un sentiment d'incompréhension et de manque d'écoute à leur égard.

La dissolution du cercle familial

À une époque où la cohabitation entre les générations est devenue plutôt rare, l'éclatement de la famille est la première cause d'isolement des séniors. En effet, un tiers des personnes âgées expliquent leur sentiment de solitude par la mort de leur conjoint, et un autre tiers par l'éloignement de leurs enfants.

Ce phénomène est particulièrement fréquent chez les femmes, du fait de leur plus grande longévité. Seule une sur cinq est toujours en couple après 75 ans, alors que deux hommes sur trois le sont au même âge. De plus, les femmes seules sont plus enclines à se sentir isolées, car leur vie adulte a davantage été centrée autour de leur famille, désormais dispersée.

La perte d’autonomie

La diminution des capacités physiques est également citée comme cause d'isolement par un tiers des personnes âgées. Un sénior sur quatre souffrant d’un handicap (difficultés à se déplacer, troubles de la vue ou de l'audition, incontinence, par exemple) déclare ressentir de la solitude. La peur de sortir, de demander de l'aide ou de gêner est particulièrement exprimée par ceux qui se sentent physiquement diminués.

Les sentiments dépressifs

Peu évoquée par les personnes âgées, mais très présente tout de même, la dépression explique de nombreux cas d'isolement social. Ses causes sont bien identifiées :

- deuil de la vie passée et refus de la vieillesse ;
- refus des occupations possibles à un âge avancé ("Ça, c'est pour les vieux !") et de s'engager dans des activités régulières ("Pour le temps qu'il me reste, de toute façon !") ;
- envie d'activités inaccessibles du fait de la diminution des capacités physiques, ou du décès des partenaires habituels.

Ces sentiments déprécient l'image que les séniors ont d'eux-mêmes, et nuisent à leur estime de soi.

La précarité économique

C’est un facteur reconnu d'isolement chez les personnes âgées. Un sénior ayant à sa disposition moins de 1000 € par mois est deux fois plus exposé au sentiment de solitude que s’il disposait de plus de 2500 € par mois.

Lire la suite