Patrimoine naturel : les élus locaux peuvent le valoriser
AXA Prevention
  • Accueil
  • >
  • Élus locaux
  • >
  • Collectivités territoriales : comment valoriser votre patrimoine naturel ?

Collectivités territoriales : comment valoriser votre patrimoine naturel ?

Pour accroître l’attractivité de leurs territoires, les collectivités territoriales cherchent à mettre en valeur leur patrimoine architectural, artistique, rural… mais aussi naturel. Représentants de collectivités territoriales, AXA Prévention vous éclaire sur les ac-tions à engager pour sauver, embellir et transmettre votre patrimoine naturel.

  • Accueil
  • >
  • Élus locaux
  • >
  • Collectivités territoriales : comment valoriser votre patrimoine naturel ?

Collectivités territoriales : comment valoriser votre patrimoine naturel ?

Pour accroître l’attractivité de leurs territoires, les collectivités territoriales cherchent à mettre en valeur leur patrimoine architectural, artistique, rural… mais aussi naturel. Représentants de collectivités territoriales, AXA Prévention vous éclaire sur les ac-tions à engager pour sauver, embellir et transmettre votre patrimoine naturel.

!

Le chiffre

Au niveau mondial, le patrimoine naturel comprend 3,5 millions de km2 protégés, dont 60 % de zones marines. [1]

Patrimoine naturel : définition et historique

Selon l’UNESCO, le patrimoine naturel désigne « les spécificités naturelles, les formations géologiques ou de géographie physique et les zones définies qui constituent l’habitat d’espèces animales et végétales menacées, ainsi que les sites naturels qui présentent un intérêt sur le plan scientifique, dans le cadre de la conservation ou en termes de beauté naturelle. »

Le patrimoine naturel comprend donc les aires naturelles protégées, privées et publiques, les zoos, les aquariums, les jardins botaniques, les habitats naturels, les écosystèmes marins, les réserves naturelles…

En France, depuis 1982, les lois de décentralisation successives ont conféré aux collectivités territoriales des compétences en matière de protection du patrimoine naturel. Concrètement, les politiques d’aménagement du territoire ont été repensées, des politiques spécifiques sur les espaces naturels sensibles ont été mises en place ou encore des observatoires régionaux ont vu le jour comme par exemple l’Observatoire Régional du Patrimoine Naturel en 2007 en Bretagne ou l’Observatoire de la faune sauvage en Picardie en 2010.

Malgré ces efforts, le patrimoine naturel est aujourd’hui menacé et les collectivités territoriales doivent plus que jamais s’impliquer dans sa préservation. Mais par où commencer pour relever ce défi de taille ?

Réaliser un état des lieux du patrimoine naturel

Commencez par faire l’inventaire de votre patrimoine naturel et partager les bénéfices de sa préservation pour motiver un maximum d’acteurs locaux : protéger l’équilibre de la faune et de la flore, réduire les îlots de chaleur, lutter contre les inondations, améliorer la qualité de l’air et la santé des citoyens…  

À l’échelle du pays, un Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN) a été créé pour recenser les sites terrestres, fluviaux et marins. Il est géré par le Muséum national d’histoire naturelle.

Comprendre et appliquer au patrimoine naturel les concepts de trame verte, bleue et noire

La trame verte et bleue (TVB), outil exploitable par les élus locaux, représente le réseau de continuités écologiques des habitats naturels terrestres et aquatiques identifiées par les schémas régionaux et les documents de planification de l’État et des collectivités territoriales. Pour aider la biodiversité à se développer, mais aussi pour valoriser votre patrimoine naturel, la TVB joue sur plusieurs tableaux : l’agriculture, l’aménagement du territoire, les transports, le paysage…

La trame noire vise quant à elle à recréer un corridor écologique favorable à la vie nocturne et exige donc un certain niveau d’obscurité. De nombreux animaux et insectes vivent la nuit et la lumière artificielle a un impact négatif sur eux.

Protéger les espaces naturels, agricoles et forestiers

Cette année, le gouvernement a partagé sa Stratégie nationale pour la Biodiversité 2030. Il prévoit de diviser par 2 d’ici 2030 les espaces bétonnés au profit d’espaces verts protégés (naturels, agricoles, forestiers). Cette stratégie se décline localement en Stratégies territoriales pour la biodiversité.

Ces dernières proposent : 

  • un cadre de référence commun pour définir les grandes orientations stratégiques à suivre ;
  • une démarche participative et collective avec tous les acteurs de la région ;
  • un diagnostic stratégique du territoire ;
  • des actions opérationnelles.

Pour vous, représentants de collectivités territoriales, l’arrêt progressif du béton passe par la révision des plans locaux d’urbanisme intercommunaux et la création de réserves naturelles, de parcs régionaux, ou encore la mise en œuvre d’une politique sur les espaces naturels sensibles.

En France, on compte 359 réserves naturelles classées : 169 réserves nationales, 183 régionales et 7 corses. [2]

Végétaliser les quartiers

Pour améliorer la qualité de l’air, apporter plus de fraîcheur, protéger le vivant ou encore favoriser une alimentation durable et locale, les collectivités territoriales sont encouragées à végétaliser. Comment ? Reboiser, planter des micro-forêts, offrir une seconde vie aux arbres morts, malades ou « gênants », végétaliser les toits des bâtiments publics, les cimetières, planter des plantes grimpantes sur les façades, créer des potagers dans les jardins et les écoles… sont autant d’actions qui participent à la préservation et à la protection du patrimoine naturel.

Les forêts du patrimoine mondial absorbent environ 190 millions de tonnes de CO2 chaque année. [1]

>>Pour en savoir plus, découvrez notre article sur la végétalisation des zones urbaines dans les collectivités territoriales et les mesures à prendre.

Stopper la pollution lumineuse due à l'éclairage nocturne

Chouette, musaraigne, chauve-souris… de nombreux animaux sont actifs la nuit et sont perturbés voire menacés par l’éclairage nocturne urbain. Dans les solutions à envisager, éteindre la lumière est la plus efficace, mais il est aussi possible de travailler par exemple sur la conception de nouveaux lampadaires éclairant davantage le sol que le ciel.

Communiquer et exposer le patrimoine naturel

Les Journées du Patrimoine, qui ont eu lieu cette année les 16 et 17 septembre 2023, représentent une opportunité pour valoriser votre patrimoine naturel. À titre d’illustration, pensez aux expositions de photos de la faune, de la flore et des minéraux locaux, des vidéos présentant vos espaces naturels ou encore des expériences sensorielles.

Tout au long de l’année, vous pouvez également mettre en avant un arbre millénaire, dit « remarquable », une grotte ou une cascade. Et pourquoi pas candidater pour une inscription au Patrimoine immatériel de l’Unesco comme l’a fait la Camargue ces derniers jours ?

>>Pour aller plus loin, consultez nos articles sur la stratégie nationale de la biodiversité et plus particulièrement sur son volet « Mobiliser tous les acteurs » qui impliquent les collectivités territoriales.

Sources

[1] https://whc.unesco.org/fr/patrimoine-mondial-naturel/#:~:text=Un%20paradis%20menac%C3%A9-,Les%20sites%20naturels%20du%20patrimoine%20mondial%20repr%C3%A9sentent%20environ%208%20%25%20de,marines%20prot%C3%A9g%C3%A9es%20dans%20le%20monde.

[2] https://www.reserves-naturelles.org/patrimoine/chiffres-cles#:~:text=Aujourd'hui%2C%20le%20r%C3%A9seau%20des,hectares%20(0%2C1%20%25)