Risque entreprise : l’impact des troubles psychosociaux auprès des femmes
AXA Prevention

Risques en entreprise : les femmes particulièrement exposées aux troubles psychosociaux

À l’occasion du 8 mars, Journée Internationale des Droits des Femmes, AXA Préven-tion fait le point sur les risques psychosociaux en entreprise et leur impact sur la vie des salariées.

Risques en entreprise : les femmes particulièrement exposées aux troubles psychosociaux

À l’occasion du 8 mars, Journée Internationale des Droits des Femmes, AXA Préven-tion fait le point sur les risques psychosociaux en entreprise et leur impact sur la vie des salariées.

En milieu professionnel, les femmes sont particulièrement touchées par les risques psychosociaux : « charge mentale », manque d’autonomie, conditions de travail précaires… Ces situations nécessitent une prévention adaptée et une organisation favorable à la santé mentale des salariées.

?

Manque de disponibilité ?

15% des femmes salariées à temps plein confient recevoir « toujours ou souvent » des reproches de leur entourage concernant un manque de disponibilité lié à leurs horaires de travail [1].

Risques psychosociaux en entreprise : quelles conséquences pour les femmes ?

D’après la définition donnée par l’INRS*, les risques psychosociaux au travail correspondent à l’un ou plusieurs des éléments suivants :

  • Du stress lié aux conditions de travail ;
  • Des violences internes à l’entreprise (sexisme, harcèlement moral ou sexuel, conflits récurrents…) ;
  • Des violences externes à l’entreprise (menaces, agressions physiques ou verbales…).

Différentes études menées ces dernières années en France ont révélé que les femmes - exerçant le plus souvent des métiers de services - étaient particulièrement touchées par les risques psychosociaux au travail.

Une analyse de la Dares (ministère du Travail) publiée en janvier 2023 [2] et une enquête de l’Insee parue en mars 2022 [3] décryptent ce phénomène et énumèrent les principales causes de risques psychosociaux chez les femmes en milieu professionnel, à savoir :

  • Les contraintes liées à l’organisation du temps de travail ;
  • Le manque d’autonomie ;
  • le manque de soutien social et de reconnaissance ;
  • les exigences émotionnelles ;
  • les conflits de valeurs ;
  • l’instabilité de leur emploi.

Certains des métiers les plus féminisés numériquement, imposent aux travailleuses des conditions de travail globalement dégradées se traduisant par une charge mentale forte, des horaires contraignants et l’exposition à des comportements hostiles.

Parmi ces emplois, on retrouve trois métiers qui rassemblent à eux seuls près d’une salariée sur cinq [2] :

  • Agent d’entretien ;
  • Aide-soignant ;
  • Aide à domicile/aide ménager.

>>Lisez notre article dédié aux premiers secours en santé mentale en entreprise

*Institut national de recherche et de sécurité.

?

Le « job strain », c’est quoi ?

De manière générale, les femmes salariées sont fortement exposées au phénomène de « job strain » qui décrit une situation où la demande psychologique est supérieure à la moyenne et où la latitude décisionnelle est inférieure à la moyenne [2].

Quels sont les symptômes des risques psychosociaux ?

Parmi les conséquences les plus fréquentes des troubles psychosociaux sur la vie quotidienne, on retrouve les symptômes suivants [1] :

  • Troubles du sommeil et de la concentration ;
  • Nervosité ;
  • Grande fatigue ;
  • Irritabilité ;
  • Palpitations.
Situation des aidants : les femmes en première ligne

En France, d’après le ministère de la Santé, près de 4 millions de personnes apporteraient régulièrement de l’aide à un proche âgé de plus de 60 ans en perte d’autonomie. La grande majorité d’entre eux sont des femmes (près de 60%) [4].

Si près de la moitié des aidants sont retraités, plus d’un tiers (37%) sont des actifs, ce qui représente une difficulté supplémentaire pour concilier vie professionnelle et vie privée et peut augmenter la part des risques psychosociaux.

Les femmes et le travail précaire : un véritable enjeu de société

Autre facteur de risque psychosocial : la précarité de l’emploi. Selon une enquête publiée par Oxfam France le 15 janvier 2023 [5], les femmes sont majoritaires dans les emplois les plus précaires.

D’après les chiffres donnés par l’association, 76% des emplois à temps partiel et 63% des postes non-qualifiés en France sont en effet occupés par des salariées.

>> Découvrez le Passeport prévention, nouvel outil de la santé et de la sécurité au travail

Dirigeants d’entreprise, managers, comment prévenir les risques psychosociaux ?

Différentes étapes sont nécessaires pour prendre en compte et prévenir les risques psychosociaux en entreprise :

  • Analyser les différentes situations de travail afin d’identifier les risques encourus par vos salariées ;
  • Impliquer les représentants du personnel ainsi que le service de santé au travail ;
  • Élaborer et appliquer un plan d’actions (adapter ou réorganiser le travail, définir clairement les missions et responsabilités de chacun, proposer des formations…) ;
  • Prendre en compte les idées, demandes et remarques de vos équipes ;
  • Favoriser la communication au sein de l’entreprise ;
  • Effectuer un suivi des actions mises en place.

>>Pour aller plus loin dans la prévention des risques psychosociaux, consultez notre plateforme En forme au travail et découvrez de nombreux conseils d’experts !

Sources